3

Martine Aubry dévoile sa vision de « la France connectée »

Dans Rue 89 aujourd’hui, Martine Aubry écrit une tribune éloquente  sur le passage de la France du XXe siècle à la France du XXIe siècle : la France connectée. Elle insiste sur le moment que ce nous sommes en train de vivre est une révolution pas uniquement numérique mais avant tout industriel. Cette Révolution ne peut et ne doit pas être bloquée par la puissance publique.  Au contraire, la puissance publique doit accompagner la Révolution pour la mener à terme.

La révolution numérique

Dans ce texte, Martine Aubry met en avant les bouleversements positifs du numériques avec des innovations probantes dans « le climat, l’énergie, l’éducation, la santé » auquel on pourrait rajouter le commerce, l’information, les techniques de production… Ces industries doivent être l’objet d’une attention particulière afin de les aider à monter. Ce n’est peut-être pas un sujet souvent abordé sur ce blog. Mais l’accompagnement des jeunes entreprises innovantes est un pas essentiel dans l’accompagnement d’une politique industrielle.

Le droit à la connexion, nouveau droit pour la France

Martine Aubry met en avant en nouveau droit pour les Français :  le droit à la connexion. Ce simple enchaînement de mots est lourds de sens. La France n’est pas encore totalement numérisé, elle devra finir son accès à Internet. Le gouvernement de Lionel Jospin a impulsé cette numérisation de la France. Seulement 1% des foyers étaient connecté en 2006, 17% l’étaient en 2001.

Le droit à la connexion est un droit que la France défendra dans les dictatures pour leur permettre de s’informer et de se connecter. Ce sera la diplomatie numérique. Comparé à la politique américaine, Martine Aubry ne va -à mon avis- pas assez loin même si c’est déjà un premier pas. La France devra inciter les centres de recherche et les entreprises de développer les applications pour fiabiliser les réseaux dissidents comme Hillary Clinton l’avait annoncé il y a un an. En contrepartie, en France on ne peut créer une loi dont l’objet est de supprimer un droit. HADOPI sera abrogé remplacé par un système de licence global.

En conclusion, voici un texte qui change de ce qu’on a l’habitude d’entendre de la part des politiques et qui donne espoir à ceux qui sont en train de vivre cette révolution numérique qu’ils ne sont pas les laisser pour compte de la société.

Tu as aimé cet article ? Suis-moi !
facebooktwittergoogle_plusrssby feather
Tu as aimé cet article ? Partage-le !
facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather