0

Un journaliste italien dénonce les pressions du #Hamas dès sa sortie de #Gaza

Gabriele Barbati est un journaliste italien correspondant au Moyen-Orient pour plusieurs médias : une radio italienne (Radio Populare Milano), un site Internet de Mediaset (appartenant à Berlusconi) et International Business Times (appartenant au même groupe que Newsweek).

Ce journaliste raconte d’abord qu’il est désormais loin de Gaza et des représailles du Hamas et il peut enfin dire la vérité :

Le Hamas a tiré sur Shati. Qu’est-ce que Shati me direz-vous ? Shati est un camp de réfugiés où 10 personnes ont été tué dont 8 enfants et 40 personnes ont été blessé dont 32 enfants. Ce tweet prouve une chose que la population française a refusé de voir. Le Hamas menace les journalistes sur place, si les journalistes ne racontent pas le storytelling voulu par le Hamas, ils sont menacés et envoyés à la mort.

Ainsi, il y a quelques jours, Libération avait fait un article ahurissant sur un de ses anciens correspondants palestiniens actuellement correspondant pour Ouest France. Ce dernier avait été kidnappé et emmené de force au sein de l’hôpital Al Shlifa où le Hamas a son Quartier Général pour subir un interrogatoire musclé. Notez d’ailleurs que la présence du Hamas dans un hôpital est une violation des lois de la guerre (pas de moi, ce sont eux qui le disent) et qu’il est choquant en soi que le Hamas tienne son QG au sein d’un hôpital qui doit servir à soigner les trop nombreux blessés de cette guerre. Le Hamas a conclu après interrogatoire que le journaliste n’allait pas assez dans leur sens. Et donc qu’ont-ils fait ? Ils lui ont ordonné d’aller sous les bombes israéliennes. Ce témoignage direct des pressions subies par les journalistes là-bas a été dépublié par Libération à la demande du journaliste. Pourquoi me direz-vous ? Parce que le journaliste a peur de l’effet négatif que cet article pourrait avoir sur lui et sa famille. Comment peut-on croire aujourd’hui les journalistes qui se trouvent à Gaza ? Nous disent-ils toujours la vérité ? Comment le savoir ?

L’épée de Damoclès pesant sur leur vie est bien trop pesante et je comprends qu’ils préfèrent cacher une partie de la vérité tant qu’une balle du Hamas peut mettre un terme à leur vie. J’espère qu’à leur retour ils pourront nous dire la vérité sur ce qu’ils ont subi à Gaza. Parce que quand l’armée israélienne explique que les tirs contre Shati (le camp de réfugiés) et Al Shifa (l’hôpital où le Hamas a son QG) viennent du Hamas, ici, en France, tous les médias ont repris la propagande du Hamas. Pas un seul n’a osé remettre en cause ce que disent ces journalistes effrayés de perdre leur vie. Et pourtant, il y a toujours deux côtés dans une histoire.

Il en va ainsi de même, selon l’armée israélienne (site de propagande israélienne), pour une centaine d’autres roquettes tirées depuis Gaza et qui sont tombées sur leur propre population. Mais pas un seul mot de la part des médias français

roquettes-gaza-to-gaza

Il n’est pas étonnant alors de voir dans les cortèges des manifestations souhaitant la paix (même si disons le clairement aucune des manifestations ayant eu lieu ces dernières semaines n’a appelé à la paix), la montée de la haine contre l’Etat hébreu et disons-le clairement un mouvement visant à l’éradication d’Israël (aussi appelé anti-sionisme). Le problème est que cette haine est entretenue par des journalistes qui mentent aux Français pour sauver leur peau. A un moment donné, et pour le bien des journalistes là-bas et des Français, il serait judicieux de couvrir cette guerre autrement. Comment ? Je ne sais malheureusement pas…

Tu as aimé cet article ? Suis-moi !
facebooktwittergoogle_plusrssby feather
Tu as aimé cet article ? Partage-le !
facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailby feather