2

Le Figaro fait la promotion dans ses pages d’une cérémonie en l’honneur du collabo Brasillach

480176_10151288292998458_514994650_n

C’est par un communiqué de presse commun des Eveillés (va falloir mettre à jour votre site) et Socialisme & Judaïsme que j’ai appris cette nouvelle choquante. Le Figaro publie une annonce dans sa rubrique décès et naissance qu’une messe de souvenir sera célébré en l’honneur de Robert Brasillach fusillé le 6 février 1945.

Robert Brasillach est un écrivain. D’extrême-droite. Pendant la 2nde guerre mondiale, il fut rédacteur du journal collaborationniste et antisémite Je suis Partout.  Il a collaboré avec les Allemands participant à l’assassinat de nombreux hommes et femmes. Un vrai salaud.

Et pourtant, il existe des personnes pour honorer sa mémoire. Et un journal – le Figaro – pour relayer cette macabre information.

Le communiqué de presse :

 

4

Salarié de TPE/PME, j’ai voté pour mes représentants syndicaux #CFDT

vote-syndicat-tpe-pme


Depuis que je travaille, on ne m’avait jamais demandé de voter pour un syndicat. La faute à un choix de carrière qui m’a emmené dans des entreprises petites voire minuscules. Alors quand j’ai reçu une lettre me proposant de voter pour élire les représentants syndicaux des salariés des PME et TPE, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai voté.

Je ne sais pas trop pourquoi on ne m’avait pas proposé de voter auparavant. Je travaille pourtant depuis plusieurs années entre précarité de l’emploi et emplois précaires. C’est donc avec un fort intérêt que j’ai mis mon bulletin dans l’urne électronique. Parce que oui, on peut voter par Internet pour ces élections. Je dois dire d’ailleurs que j’ai du m’y reprendre plusieurs fois afin de pouvoir voter. Le plugin Java truc ne s’était pas lancé automatiquement et mon navigateur l’avait bloqué. Si le vote électronique ne vous botte pas, vous pouvez toujours voter par correspondance.

J’avais le choix de voter pour l’un de ces syndicats : Solidaires, CFDT, CAT, CGT, CFTC, CFE-CGC, CNT, FO, UNSA. La tâche n’était pas aisé. Les syndicats que nous élisons ont la charge de négocier la convention collective sous laquelle nos patrons nous emploient. Etant sous l’une des pires conventions collectives, la redoutée convention Syntec Numérique, le syndicat qui doit me représenter doit donc être intelligemment pugnace et savoir aller au compromis. Oui car faire grève dans une entreprise de moins de 10 personnes c’est quasiment hypothéquer la pérennité de l’entreprise qui, souvent, n’a pas beaucoup d’argent devant lui (ni une connaissance parfaite du droit du travail).

Le choix

Il me fallait donc faire un choix. Avant toute décision, il faut déjà dire que j’ai écarté cinq syndicats de facto. D’abord les anarchistes de la CNT, ensuite le syndicat dont je me suis toujours demandé s’ils se bat pour les employés ou les employeurs.  Oui, j’ai sorti la CFE-CGC de mon choix initial. J’ai aussi écarté la CAT. Comment voter pour un syndicat dont je n’ai jamais entendu parler ? J’ai mis de côté FO. Son histoire avec les Américains m’a toujours fait douter de la sincérité de ce syndicat. Et puis, je ne suis pas un ouvrier… Enfin, j’ai éliminé la CFTC. Pourquoi ? Parce que je ne suis pas chrétien. Chacun pourrait trouver mille raisons pour voter pour l’un ou l’autre de ces syndicats ou que les raisons que je donne ne sont pas objectives. C’est vrai. Mes choix sont liminaires et arbitraires et je les assume. Mais ne dit-on pas que choisir c’est éliminer ?

Il me reste donc 4 syndicats. Solidaires, Unsa, CGT et CFDT.

Dans d’autres circonstances, j’aurais pu voter pour l’un de ces syndicats. Si j’étais dans une grande entreprise, j’aurais voté pour la CGT qui fait un boulot formidables dans de nombreuses grandes entreprises. Si j’avais été fonctionnaire, j’aurais voté pour l’Unsa ou Solidaires qui se battent bien (avec une préférence pour l’Unsa du fait que c’est pour moi le syndicat des profs ainsi que le seul syndicat de police à gauche. Donc j’ai voté pour la CFDT.

La CFDT, une évidence

Mon vote pour la CFDT a plusieurs raisons d’inégales importances que je vais vous exposer ici.

La première d’entre elle mais pas la plus importante c’est que j’apprécie François Chérèque. Son parcours individuel d’homme qui surmonte un handicap lourd pour un homme de communication -c’est un ancien dyslexique- fait de lui une personne admirable. Son côté controversé -je n’ai pas toujours été d’accord sur ses choix- comme sa capacité à ne pas ployer face à la pression me font penser qu’il a une force de la nature. J’aime bien ce type de personne qui me fait d’ailleurs penser à Martine Aubry.

La deuxième est que je me sens proche de l’idée que le syndicalisme n’est pas qu’une question de mettre le peuple dans la rue et que dans une TPE/PME si on met les salariés dans la rue, on ne fait pas pression sur l’entreprise, on risque de la couler. Il est tellement facile de stopper l’activité d’une TPE/PME avec seulement deux personnes en grève sur 3, 4 ou 10 salariés que je ne me voyais pas donner ma voix à un syndicat qui pense que tout se joue dans la rue. Non, la négociation d’abord. La culture réformiste de la CFDT me rassure sur les intentions du syndicat.

La troisième est notable. Pendant mon militantisme au sein d’un collectif, je ne me souviens que d’un seul syndicat nous ayant contacté. J’ai peut-être raté certains e-mails ou mon cerveau a fait le tri. Toujours est-il que ce syndicat qui s’est intéressé à la problématique des jeunes diplômés, c’est la CFDT.

Enfin, dernière raison et certainement la plus importante dans ce choix, l’année dernière on m’a gentiment  poussé vers la sortie. On me proposait soit une rupture conventionnelle soit un licenciement économique. Je ne savais pas ce que c’était. Et il faut dire que l’information sur Internet n’est pas très très claire sur les droits et les devoirs, la possibilité de négocier la rupture du contrat et les arguments pour la rupture conventionnelle et ceux pour le licenciement économique. Je dois d’ailleurs signaler que Pôle Emploi comme le ministère du Travail à l’époque se distinguent par leur manque de clarté sur le sujet. J’ai donc contacté les syndicats et syndicalistes que je connaissais de la manière la plus simple et logique pour moi. J’ai envoyé des messages sur Twitter. Deux personnes m’ont répondu. Ivan et Thiébaut. Les deux m’ont conseillé. Les deux sont à la CFDT. Pour moi, c’est ça un syndicat. Conseiller un salarié qui est face à un choix cornélien, l’aider à prendre la bonne décision et lui donner les informations en toute objectivité. Je suis certain qu’ils seront aussi là pour défendre bec et ongles l’amélioration du Syntec Numérique et la situation des salariés des TPE/PME.

J’ai donc voté CFDT et je vous enjoins à faire comme moi.

3

Mon 21 avril 2002

21avril

Je viens de lire chez Jegoun qu’il parle de son 21 avril. Voici le mien.

Le 21 avril 2002, j’ai voté Jospin. Le soir je suis allé chez une copine dont la mère bossait avec Delanoë. A 20H, mon monde de gauche s’est effondré. A 20H05, ma voisine m’a téléphoné pour me dire qu’elle allait à une manif avec une amie.

Ma copine était effondrée, elle n’a pas pu y aller. J’y suis donc allé seul et j’ai marché toute la soirée de Bastille à Hotel de Ville entre deux blondes, moi le métèque. Le lundi midi, je passais chez Pernault entouré de mes deux amies blondes. Une semaine plus tard (car les élections étaient pendant les vacances), mon professeur de philosophie me traitait d’ineffable petit con télévisé.

J’organisais au sein de mon lycée les manifs contre Le Pen au second tour avec ma copine chez qui j’étais allé pour voir les résultats du Premier Tour. Le proviseur de mon lycée voulut mettre un blâme à ceux qui allaient manifester. Croyez-moi, il ne mit de blâme à personne sinon il aurait du le mettre à tout le lycée.

J’ai toujours une des pancartes que nous avions fabriquées dans ma chambre de lycéen. Pour le souvenir. Et pour ne pas que Sarko-mence.

1

Jeudi Noir s’installe à Matignon !

jeudi-noir

Suite à l’expulsion de la Marquise place des Vosges à la veille de la trêve hivernale, les 30 étudiants et précaires s’étaient retrouvés à la rue. Ils ont donc décidé de squatter un immeuble avec vue imprenable sur l’Elysée. Ils pourront ainsi surveiller le président Sarkozy qui avait promis le zéro SDF en France et qui se doit de respecter le Droit au logement opposable.

Communiqué de presse :

Jeudi-Noir s’installe à Matignon…
… avec vue sur l’Elysée
Inauguration vendredi 7 janvier 2011
22 avenue Matignon (75008)
Portes ouvertes toute la journée, conférence de presse à 10h
Ramenez des croissants SVP (Si Vous Pouvez :)

Face à l’inaction des pouvoirs publics contre le mal-logement, les militants de Jeudi-Noir ont investi un superbe immeuble abandonné, 22 avenue Matignon dans le 8ème à Paris. Avec cette nouvelle réquisition citoyenne, à cinquante mètres de la place Beauvau et de l’hôtel Bristol, avec vue sur le palais de l’Elysée, Jeudi-Noir met le gouvernement sous surveillance.

Depuis les balcons du 8è étage de cet ancien siège de Saint Honoré Assurance (groupe LCF Rothschild), innocupé depuis 2006, les galériens du logement peuvent admirer l’Elysée, en rêvant à des pouvoirs publics qui auraient le courage de réquisitionner les locaux vides à leur place. Tous les matins en se rasant, Sarkozy devra désormais affronter la réalité de la crise du logement.

Depuis lundi 27 décembre au matin (constat d’huissier à l’appui), ce très bel immeuble de standing est le nouveau domicile de trente étudiants et jeunes actifs en galère de logement depuis l’expulsion de la « Marquise », le bâtiment réquisitionné place des Vosges en 2009-2010.

Si cette réquisition citoyenne leur offre un répit au cœur de l’hiver, elle vise surtout à dénoncer l’indifférence du gouvernement vis-à-vis d’une crise du logement qui s’aggrave à mesure que se gonfle la bulle immobilière.

Les loyers continuent d’augmenter, les prix à l’achat ont plus que doublé en 12 ans mais le gouvernement s’embourbe dans sa politique idéologique de soutien à l’accession et de mépris pour les locataires. En supprimant la rétroactivité des Aides personnalisées au logement (APL), il économise 240 millions d’euros en 2011 sur le dos des plus mal-logés.

Il est urgent d’abandonner cette politique idéologique, de construire massivement des logements vraiment sociaux et de plafonner les loyers. Au lieu de cela, Benoist Apparu et le gouvernement gagnent du temps. Constatant les prix délirants pour les petites surfaces, le sous-ministre du Logement déclarait le 20 septembre 2010 : « Sur le principe, je ne suis pas opposé à un plafonnement de ces loyers au mètre carré, à un maximum qu’on ne peut pas dépasser. »…

Mais, comme effrayé par sa propre audace, Benoist Apparu avait tout de même tenu à donner « six mois aux professionnels de l’immobilier et aux syndicats de bailleurs pour me faire des propositions concrètes pour mettre fin à ces loyers démesurés », sous peine de quoi il promettait d’utiliser « l’arme de la réglementation ». Il n’a pas fallu 3 jours aux professionnels de l’immobilier pour répondre non au sous-ministre… Mais depuis, rien. Une fois de plus, le gouvernement a menti aux mal-logés. Le 7 janvier 2001, les mal-logés lui répondront !

Au 15 mars, les expulsions reprendront. Plus de 130.000 foyers rencontrent des difficultés popur payer leurs loyers, et les expulsions avec concours de la force publique ont augmenté de 132% en 10 ans. Quand elle était ministre, en 2008, Christine Boutin avait promis d’empêcher les expulsions. Mais depuis, rien. Une fois de plus, le gouvernement a menti aux mal-logés. Le 7 janvier 2001, les mal-logés lui répondront !

Parce qu’il y a urgence, Jeudi Noir fait des propositions constructives et crédibles ! Régulation des loyers, intervention foncière, renforcement de la loi SRU, conventions de bail temporaire, réforme des aides à la personne inflationnistes, suppression des défiscalisations à gogo, moratoire sur les expulsions locatives, taxation et réquisition des logements et bureaux vides : nos idées sont plus que jamais d’actualité.

§ Petit livre noir du logement, Chapitre 13 : « Les propositions de Jeudi Noir pour une autre politique du logement » : à lire ici.

2

Noël ? Férié ? Mais c’est une hérésie !

pere-noel

Noël arrive bientôt et comme tous les ans je me fends d’un billet sur la laïcité. C’est peut-être une marotte mais c’est en tout cas bien ancrée dans les thématiques qui reviennent année après année sur ce blog. Comme vous pourrez le constater avec ces précédents articles de blogs, je ne change pas vraiment d’opinion en 2006, 2007, 2008 et 2009.

Conte de Noël

Certains diront que Noël n’est pas une fête chrétienne et feront tout un laïus sur Coca-Cola, le père Noël et la couleur rouge. Là mon cher lecteur le lien précédent c’est le gouvernement de la République française de Monsieur Nicolas Sarkozy qui le dit. Monsieur Sarkozy, son ministre de la Culture et tous les gens qui le croient se trompent bien entendu. Le Père Noël est un mixte entre Saint-Nicolas le Saint Patron chrétien des « Lorrains, des Russes, des Fribourgeois, des Ovillois, des écoliers, des étudiants, des enseignants, des marins, des hommes et femmes souffrant de stérilité, des célibataires, des vitriers, des bouchers, des voyageurs » et un succédané du solstice d’hiver fête religieuse païenne marquant… le solstice d’hiver. En effet, le clergé décida pour lutter contre ces salauds de païens et dans l’objectif de gagner des parts de marché de fixer à la date du solstice d’hiver la Nativité, la naissance de Jésus Christ. Jésus Christ n’est pas né un 25 décembre pourtant c’est le 25 décembre que l’on fête la naissance du petit Jésus.

Vous avez tout suivi ? Le 25 décembre est la date fixée pour le solstice d’hiver, le clergé a fixé la date de naissance de Jésus Christ sur le solstice d’hiver qu’ils ont appelé la fête de Noël. La Saint-Nicolas très proche dans la date a fourni la figure du Père Noël. La fête de Noël est donc doublement religieuse : pour les Païens et pour les Chrétiens. Alors au nom de quoi un Etat laïc accepterait d’offrir un jour férié à une religion (le paganisme n’a plus d’adeptes en France) ?

Les jours fériés religieux sont discriminants

L’Etat français est par définition laïc. C’est-à-dire que l’Etat français ne doit mettre en avant aucune religion plus qu’une autre. En donnant des jours fériés pour les fêtes chrétiennes que ce soit Noël, Pâques, l’Asomption, la Toussaint, l’Ascension et la Pentecôte,  l’Etat français donne clairement un avantage à la religion chrétienne contre toutes les autres religions. Où est donc la neutralité de l’Etat ? Cette histoire de jours fériés est discriminatoire :

  • les chrétiens sont privilégiés aux autres personnes,
  • les autres croyants n’ont pas de jour férié pour leur fête et doivent prendre des jours fériés pour suivre les préceptes de leur religion,
  • les non-croyants (athées comme agnostiques) sont obligés de ne pas travailler des jours où ils le pourraient.

Comment rendre la France moins discriminante envers les autres religions ?

D’abord supprimer tous les jours fériés religieux. Ensuite transformer ces jours quelques jours fériés en jours que le salarié a le droit de prendre quand il veut. Ainsi les Chrétiens pourront toujours fêter leurs fêtes. Et désormais, les membres des autres religions pourront fêter leur fête comme il se doit. Les non-croyants agnostiques comme athées pourront travailler les jours qu’ils voudront et prendre les jours de congé lorsqu’ils le souhaitent. On peut aussi imaginer de rendre férié certains jours spécifiques. Le 9 mai par exemple pour le Jour de l’Europe.

12

DSK à France Inter ou la fin de l’humour

logo-franceinter

L’ère Val est certainement l’ère la plus chiante et la plus morbide à laquelle nous avons pu assister ces derniers temps. Grâce à une page Facebook qui appelle au boycott de France Inter suite à l’arrivée du tandem Val/Hees, j’ai retrouvé une archive qui vaut de l’or. DSK était l’invité comme hier et Guillon était aux manettes de l’humour de France Inter. Autant dire qu’entre la prestation minable de Sophia Aram et celle de Stéphane Guillon, il y a un gouffre…


En comparaison, Sophia Aram doit avoir les chocottes de se faire virer puisque c’est Dominique Strauss-Kahn qui a déclenché le limogeage de Guillon. « Quoi ? Un humoriste ose s’en prendre à moi ? Mais, mais, mais… ça ne peut se passer comme ça ! Il a été payé par Ségolène Royal pour se moquer de moi ! » Réaction imaginaire et un peu paranoïaque d’un Dominique Strauss-Kahn qui croit peut-être que celui-ci a été influencé par sa pire camarade socialiste.



Bon sérieusement, quand est-ce qu’un humoriste débarque sur France Inter ?

4

Les Restos du Coeur need you!

 

J’ai reçu cette semaine un e-mail en provenance de la Netscouade connue pour avoir été créée à la suite de la campagne présidentielle de 2007 et avoir mis en place la campagne web de Ségolène Royal. Ils ont depuis lancé de nombreuses campagnes politiques mais aussi pour les associatifs.

Aujourd’hui ils me proposent un deal que j’accepte de tout coeur tant le projet me semble primordial. En écrivant cet article, les Restos du Coeur se verront financer 10 repas aux plus démunis par deux grandes entreprises françaises. D’abord Danone connue pour être une entreprise sociale, la seconde est Carrefour moins connue pour sa politique sociale. Ca aurait pu me bloquer. Mais en visionnant les entreprises sur la liste rouge quant à la prise en compte du stress au travail, aucune des deux n’est mise au pilori. Alors autant faire ce billet d’autant plus que l’action est positive.

Les Restos du Coeur donc lancent comme depuis 25 ans  leur campagne de mobilisation pour pouvoir offrir des repas aux plus marginalisés. Il faut savoir que si l’hiver se termine dans un mois, la faim n’attend pas les jours les plus froids et l’action des Restos du Coeur durent toute l’année. La campagne se compose en 3 temps. D’abord une collecte les 5 et 6 mars de denrées alimentaires par les salariés des entreprises sus-citées et les bénévoles des Restos. Ensuite, pour 4 produits Danone achetés dans les magasins Carrefour (entre le 15 et le 25 mars) et Carrefour Market (entre le 17 et le 28 mars), 1 repas sera offrert au Restos du Coeur. L’objectif étant de pouvoir offrir 1 million de repas à l’association. Enfin durant toute l’année, les salariés de Danone apportent leur expertise aux bénévoles les Restos du Coeur tandis que Carrefour propose des CDD et des CDI à des personnes en réinsertion.

Mais alors toi lecteur comment peux-tu agir? Déjà participer à la collecte des 5 et 6 mars en t’inscrivant comme bénévole. Ensuite en achetant durant la date indiquée des produits Danone dans les enseignes Carrefour.Et bien entendu agir par toi-même. Par exemple, la branche des Restos du Coeur des Yvelines a subi un cambriolage et a besoin de votre soutien pour pouvoir nourrir des enfants en bas âge.

12

Message de Noël

 

S’il y a un combat qui dure sur ce blog, c’est le combat pour la laïcité (2006, 2007, 2008). La laïcité n’est pas un anti-cléricalisme mais au contraire le respect de toutes les religions et le respect des religions envers les autres religions et ceux qui croient mais pas en une religion (agnostiques) comme ceux qui ne croient pas (athées).

Les Français se targuent de laïcité. Martine Aubry l’a même élevé au rang de valeur fondant l’identité nationale à Rennes comme je l’ai fait en octobre ou comme Rama Yade l’a fait la semaine dernière. Mais peut-on dire que la France est laïque alors que l’Etat censée neutre entre les religions propose des jours fériés religieux? Il n’y a pas d’égalité entre les religions et la laïcité française est donc biaisées. Noël en est un des exemples les plus frappants. Le 15 août aussi d’ailleurs.

Aujourd’hui, le gouvernement organise un débat sur l’Identité Nationale. La raison à peine voilée est bien la montée de l’Islam en France due à une immigration de pays très pauvres. La France se retrouve dans la même situation qu’au XIXème Siècle et au début du XXème Siècle où une très forte immigration juive est arrivée en France. Cette immigration en France et en Europe d’ailleurs a créé de nombreuses tensions et de mouvements antisémites qui menèrent à la Seconde Guerre Mondiale. Aujourd’hui, les mêmes tensions et la même violence envers l’Islam apparaissent face à cette nouvelle immigration. Bien entendu, au lieu de parler des causes qui poussèrent les juifs avant les années 1940 et les musulmans après les années 1940 à s’installer en France, le gouvernement préfère réfléchir sur les conséquences que ça engendre en France. Soit. Le premier me semble pourtant intellectuellement plus motivant mais faisons avec.

Le processus d’intégration des juifs et des musulmans en France suit le même parcours à 150 ans d’écart :

– phase 1 : arrivée par vague des différents pays d’immigration (pays de l’est), arrivée par l’annexion de territoires (colonies) pour les juifs, arrivée des musulmans suite à l’annexion de territoires puis immigration suite à la décolonisation en provenance de ces mêmes territoires.

– phase 2 : total dédain des français envers cette immigration qui a les métiers « sales » : usuriers pour les juifs, nettoyage, bâtiment pour les musulmans. même s’ils participent à la vie sociale et publique en payant des impôts, taxes etc…

– phase 3 : les immigrés s’installent dans le paysage français mais reste au sein de leur communauté.  Les français refusent de les intégrer à la communauté car au final ce sont des gens aux métiers « sales ». Certains voire la plupart obtiennent le droit de rester et de vivre en France en étant naturalisés car la machine administrative a souvent un processus d’intégration plus rapide que celui de la société (10 ans de travail en France, naissance en France…).

– phase 4 : une double phase, c’est soit l’échec soit la réussite. L’échec, une partie de l’immigration ne résiste pas à la pression sociale et retourne au pays d’origine ou tente dans un autre pays pour faire sa vie. Ou la réussite, une partie de l’immigration résiste à la pression sociale, sort du rôle qui lui était dévolu à l’origine. A ce stade, on est dans la deuxième génération d’immigrés, et elle intègre en force l’administration publique. Pourquoi l’administration publique? Parce que c’est le secteur le plus méritocratique et le moins susceptible de subir de discrimination religieuse/raciale/etc…

– phase 5 : les Français se rendent compte qu’il y a une immigration (oui les Français mettent un peu de temps avant de réagir) et se disent 1/que la solution c’est de les repousser à la mer 2/que leur situation en France est indigne de la France 3/qu’ils doivent changer leur identité pas assez française s’ils veulent rester.

– phase 6 : les gens débattent. On connait le résultat que ça a donné avec les Juifs. La solution 1 a été retenu. Aujourd’hui, le débat se situe entre les positions 1 et 3. Soit il faut les rejeter, soit il faut les acculturer.

Leur permettre de vivre dans la dignité n’est pas en débat aujourd’hui. C’est dommage. Et pourtant dans le pays des Droits de l’Homme et du Citoyen le droit de vivre dignement, d’être protégé de sa libre pensée de croyance, politique, sexuelle est un Droit constitutionnel. La Laïcité comme je le disais plus haut doit permettre aux Hommes de vivre leur religion dans leur sphère privée, la sphère publique devant être neutre et a-religieuse. La laïcité limite la pratique religieuse du moins des juifs et musulmans, il lui manque encore cette neutralité avec les chrétiens. D’ailleurs l’Etat en est consciente. Savez-vous que la fonction publique donne trois jours de congés par an pour motif religieux? Par contre, le secteur privé peut toujours attendre même s’il représente 77% des actifs français.Cette question de l’inégalité de traitement entre les religions reste encore en suspens. A chaque fois que j’écris sur ce débat, le même étonnement et la même réaction offusquée ressort de ces conversations : « Mais si la France est un pays laïc et met à égalité toutes les religions ». Justement non !

Alors puisque c’est Noël et que ce texte s’appelle message de Noël, demandons-nous quel devrait être la conséquence de ce débat sur l’identité nationale dans un monde merveilleux où les miracles arrivent?

1/ Ce n’est pas la couleur de peau, la religion, l’opinion politique qui fait la carte d’identité nationale,

2/ l’identité nationale est l’ensemble de cinq valeurs qui sont dans l’acronyme LEFTS : Liberté Egalité Fraternité Tolérance Solidarité,

3/ l’Islam comme le Judaïsme et le Christianisme sont compatibles avec l’identité nationale tant qu’elles se plient à ces valeurs (et je ne me fais aucun doute que toutes les religions se plient à ces valeurs),

4/ l’immigration est un bienfait culturel, économique, social et génétique,

5/ l’immigration vers la France prouve que nous sommes riches et comme l’immigration nous enrichit (voir point 4) nous devons faire le mieux possible pour l’accueillir.

6/ la cohabitation des religions ne peut se faire que sous le regard de la Constitution française.