3

Français juif, pourquoi j’en veux aux Socialistes

Manif Gaza salut nazi quenelle

Après l’article paru dans Rue89 « Français, musulman, voilà pourquoi j’en veux aux socialistes« , un ami, juif de gauche, m’a demandé de publier son texte. Ayant déjà ouvert mon blog à d’autres personnes (comme lors des congrès du Parti Socialiste), je vous propose donc de lire les inquiétudes de cet homme de la génération Y.

Suite à la lecture du français musulman sur Rue89, j’ai été étonné d’être aussi déçu que lui  de la politique de François Hollande mais pour des raisons parfois finalement diamétralement opposées. Comme quoi,  ce gouvernement et ce Parti Socialiste auraient bien besoin d’un Grand Pardon.

1. La gauche m’a perdu

D’abord, je suis de gauche. J’ai toujours voté socialiste ou à gauche (une fois pour les Verts aux Européennes) sauf en 2002 où j’ai du contrer le Front National. En 2012, j’ai voté socialiste aux deux tours. Pas de gaieté de cœur, François Hollande ne m’a jamais donné autant envie que d’autres figures de gauche comme Mitterrand, Blum, Jaurès, ou plus contemporains comme Royal ou Strauss-Kahn. J’ai surtout voté pour le programme : refonte de l’impôt, améliorer la compétitivité des PME face aux multinationales qui volent les pays en cachant leurs avoirs dans des paradis fiscaux, faciliter l’innovation, l’intelligence collective, calmer le pays face aux injures de la droite. J’ai voté pour une société plus ouverte et harmonieuse et moins haineuse comme mon collègue musulman.

Mais François Hollande m’a déçu. Son ennemi, la finance, est devenu son ami. La TVA a augmenté. Les Rroms sont toujours pourchassés. Le chômage continue d’augmenter. L’innovation est traquée pour être annihilée (cf. VTC vs taxi, le mouvement des pigeons, …). Hollande aide les multinationales à gagner plus d’argent avec le CICE et s’est mis à dos les PME.

Hollande a instauré un programme d’austérité dans la droite ligne de ce que Sarkozy faisait. Le changement, je l’attends toujours… Et comme Nasser, en 2017, je ne compte pas voter pour un président qui se dit de gauche mais qui fait la même politique que la droite…

2. La gauche et la société

La gauche a trois grandes réformes de société à mener à bien. D’abord le droit de vote des étrangers. Ce n’est pas pour ça que j’ai voté pour elle. Mais je comprends que Nassser trouve importante cette réforme pour sa famille. Ensuite, améliorer la fin de vie. Il parait que c’est en cours. J’espère qu’ils le feront car j’ai assisté à des agonies de plusieurs mois où des personnes souffrent mais ne peuvent rien dire. Cet acharnement, c’est inhumain. Enfin, il y a le mariage pour tous. En tant qu’hétéro, vous pourriez penser que je n’en ai rien à faire. La religion juive se base en partie sur l’histoire de Sodome et Gomorrhe comme les religions chrétiennes et musulmanes. Mais je pense que l’amour n’a pas de genre. Par contre, ce gouvernement a tellement mal géré cette loi importante qu’elle s’est finie en apothéose par la manifestation « Jour de Colère » où les Juifs furent visés par des slogans antisémites : « Juif : casse-toi, la France n’est pas à toi », « Juifs, Licra, on n’en veut pas », « Juifs hors de France », « Faurisson (N.D.Abadinte auteur révisionniste condamné) a raison, les chambres à gaz c’est du bidon ».

Comment cette manifestation a-t-elle pu être autorisée par le ministre de l’intérieur Manuel  Valls ? Aucune condamnation n’a été faite. Rien. Aucun groupe n’a été dissous. Il y a eu que trop peu de voix pour dénoncer ces propos haineux. Le Français juif que je suis s’est senti pour la première fois hors de la société française. J’en veux énormément à Manuel Valls pour ça. Il y a  des blagues juives qui circulent depuis longtemps sur l’implication inégalée des juifs dans tous les complots. Y compris ceux qui n’existent pas. Ainsi, savez-vous que si le Titanic a coulé c’est à cause du complot juif international ? Oui c’est un certain Iceberg le responsable. Le Juif responsable de tout. La gauche quant à elle qui est censé être porteuse des valeurs d’humanisme, de fraternité, de solidarité, de tolérance… a laissé défiler ces être abjectes. Et moi, j’aurais bien aimé avoir un bunker pour me cacher au cas où.

3. La gauche et Dieudonné

Il faut parler de Dieudonné. Dieudonné c’est le chantre de l’antiracisme qui est devenu le chantre du racisme et plus particulièrement du racisme envers les Juifs. Manuel Valls, ministre de l’intérieur, a agi. C’est bien mais pour moi qui fait partie de la génération Y, je pense qu’il a agi trop tard. C’était bien avant qu’il fallait le faire. J’en veux au ministre d’avoir agi si tard et plus encore à ses prédécesseurs de droite (les Sarkozy, Baroin, Alliot-Marie, Hortefeux et Guéant) d’avoir laissé la tumeur grossir. Qu’est-ce qu’ils sont forts pour faire des lois répressives et nuls pour faire des lois protectrices ! Aujourd’hui, il sera bien compliqué à la France de réduire l’influence de ce Dieudonné auprès des Français tombés sous sa coupe. Et mes potes qui ont longtemps ri aux blagues de Dieudonné n’ont jamais été de droite mais toujours de gauche. Aujourd’hui j’ai fait le tri. ceux qui rient encore avec Dieudonné ne sont plus mes amis. Il n’en reste pas moins que le peuple de gauche a un vrai problème avec Dieudonné, ses saillies antisémites et les valeurs que les Socialistes et la gauche dans son ensemble mettent en avant.

4. La gauche et les manifestations pro palestiniennes

En premier lieu j’ai écrit les manifestations pour la paix. Mais, il n’y a pas eu d’appel à la paix. Pendant chaque manifestation, j’étais collé sur Twitter à suivre minute par minute, seconde par seconde ce qui se disaient pendant ces manifestations, les slogans, les photos, les vidéos… Et autant dire que j’ai été très peiné de voir la gauche ne pas manifester pour la paix. Car manifester derrière un slogan tel que « Djihad résistance » soit « guerre de résistance », ce n’est pas manifester pour la paix mais pour la victoire d’un des belligérants. Entre les valeurs véhiculées par les socialistes et ce slogan (qui est le moins violent de ceux qu’on a pu entendre), j’ai un problème de taille car il y a un gouffre.

Et là, je ne parle que des socialistes. Car quand j’ai vu le « républicain » Mélenchon venir à une manifestation interdite où le symbole du judaïsme est associé à celui des nazis, où les gens ne se saluent pas mais font des quenelles et des saluts nazis,  je n’ai plus de doute sur le fait qu’il est sorti du spectre de la République.

Manif Gaza juif nazi Manif Gaza salut nazi quenelle

Oui, j’ai un vrai problème avec cette gauche qui ne protège pas les juifs. Interdire la manifestation c’est bien mais si vous laissez tout de même ce rassemblement avoir lieu, il n’y a plus grand intérêt à l’interdire. Et si les policiers ont des photos de ces personnes incitant à la haine raciale, il serait peut-être urgent de les rechercher et de les traduire en justice. Parce qu’aujourd’hui sincèrement, j’ai peur de sortir de chez moi et de tomber nez à nez avec un de ces énergumènes qui prônent le nazisme. Moi, je ne fais pas partie de la LDJ et je n’ai pas pris de cours de Krav Maga.

5. La gauche et l’antisionisme

Il en va de même de cette gauche qui se proclame antisioniste. A chaque fois que j’entends quelqu’un se proclamer antisioniste, je pense à Theodor Herzl qui s’est battu toute sa vie pour cette idée du sionisme. Je pense aussi aux 6 millions de juifs morts dans les camps ce qui a poussé les États à réfléchir à donner un refuge contre la barbarie aux juifs. C’est ironique non ? On donne un refuge contre la barbarie et ils se retrouvent avec des hommes, des femmes et des enfants qui se font sauté à la sauce kamikaze. Et 60 ans après, des gens continuent de cracher sur leur mort. Le sionisme c’est la volonté de la création d’un État pour les Juifs. L’antisionisme c’est la volonté de le supprimer de la carte du monde. Être socialiste et antisioniste, c’est antinomique. Parce que non, il n’y a pas de solution à un État entre Israël et la Palestine. Je doute qu’un seul juif accepte de subir le même sort que les Chrétiens de Mossoul.

Des Socialistes peuvent se dire plus pro-palestiniens que pro-israéliens. Je le comprends. Les images des maisons détruites, des enfants morts, des cris, des pleurs, de la souffrance que l’on voit en ce moment de Gaza ont de quoi retourner n’importe quel estomac normalement constitué surtout quand de l’autre côté les dégâts sont minimes grâce à un systèmes élaboré de défense anti-missile développé par Israël et qui permet d’éviter d’avoir le même type de scène. Sur le plan médiatique contrairement au plan comptable, la technologie de défense d’Israël est une défaite lourde et écrasante dans cette guerre. Pourtant, les Israéliens subissent, eux aussi cette guerre car ils ont tous un ami, un fils, un cousin, un collègue, un père (dénomination que l’on peut féminiser puisque l’armée est mixte) qui est sur le terrain. Et quand je parle d’Israéliens, je parle des juifs comme des Arabes. Ceux qui vivent à côté de la bande de Gaza vivent depuis des années dans la terreur qu’un Palestinien sorte d’un tunnel et décide de faire exploser devant eux. Au contraire, des Palestiniens qui savent que quand Israël entre en guerre, il y a danger, pour ces gens-là le danger est à toute heure tous les jours car les terroristes du Hamas ne respectent rien. Et ça, certains à gauche semblent l’oublier. Au nom de la protection des civils palestiniens, ils asbolvent les exactions du Hamas :

  • l’utilisation d’enfants, qui en sont morts par centaine, pour la construction de tunnels
  • l’utilisation du ciment qui devaient servir à la reconstruction de Gaza pour construire lesdits tunnels,
  • la non-construction de caves renforcées en cas d’une attaque qui était plus que probable de l’aviation israélienne,
  • le dépérissement des zones agricoles laissés par les colons israéliens quand ils ont quitté les colonies en 2005,
  • l’utilisation d’enfants, de femmes et même de grands-mères pour faire des attentats kamikazes contre Israël,
  • les tirs de roquettes depuis des hôpitaux, des écoles, des mosquées, des églises, des camps de réfugiés

Par contre, ils sont les premiers à ne pas absoudre quand Israël bombarde les endroits d’où sont tirés les roquettes ou en comptant le nombre de civils tués en y incluant les femmes et enfants morts pendant les combats. Si des femmes et des enfants sont utilisés comme kamikazes par le Hamas, comment considérer ces personnes comme faisant partie du Hamas ou pas. Moi, je ne suis pas sur le terrain. Je n’oserai jamais dire s’ils sont des dommages collatéraux (quel horrible mot !) ou des combattants. Je trouve ça fondamentalement hypocrite de leur part de voir une telle asymétrie dans leur indignation.

6. La gauche et la question juive

En discutant avec des Français juifs, beaucoup étaient heureux de voir arriver Manuel Valls au poste de Premier Ministre parce qu’il était considéré -faussement à mon sens- comme plus proche des Français juif qu’Ayrault. Personnellement, sa nomination ne m’a pas fait sauter de joie. Surtout qu’en regardant de plus près ce gouvernement, j’ai l’impression que pour la première fois depuis le gouvernement Villepin, il n’y a plus un seul ministre de confession juive. Vous me direz que ce n’est pas la religion d’untel qui fait la politique de la France. Vous auriez raison. Mais ce sont des petites choses qu’un juif, un musulman, un picard, un breton, un handicapé va regarder avec curiosité en se disant faussement que ça l’aidera peut-être à un moment donné. Regardez l’incompréhension des habitants de Loire-Atlantique qui ont perdu leur plus grand soutien avec Ayrault dans la bataille de la fusion des régions. Ils n’auraient pourtant pas renié devenir breton !

Il ressort aussi de ces discussions un message faible mais qui grandis et que je n’avais pas entendu depuis la seconde intifada quand j’étais adolescent : « cette France ne nous aime plus ». Beaucoup pensent au départ et quitter cette France qui les rejettent. Certains, même, sont prêts à vivre dans un État en guerre quitte à devenir membre de ces colonies qu’ils haïssent tant. Car ils savent bien qu’elles font partie des obstacles à la paix. Aujourd’hui, je me sens mal aimé par la France et toute sa classe politique. Car oui, la droite aussi méprise les Français juifs. Je n’oublierai jamais l’insulte de Christian Jacob faites aux Juifs lorsqu’il s’est attaqué à Dominique Strauss-Kahn. C’était en février 2011. En parlant de lui, il a pointé du doigt qu’il n’incarnait pas « l’image de la France, l’image de la France rurale, l’image de la France des terroirs et des territoires, celle qu’on aime bien, celle à laquelle je suis attaché ». Encore une fois, le juif représente la France que la droite n’aime pas et à laquelle elle n’est pas attachée. Et moi, je venais à nouveau de me faire éjecter de la société française.

Aujourd’hui, je me sens rejeté et marginalisé dans cette France à cause d’une partie de mon identité. Et pour tout vous dire… J’ai peur.

Crédits images : Jewpop (qui lui-même a du les prendre quelque part)

8

Gad Elmaleh, le militaire israëlien venu envahir le Liban

 

Putain mais qu’ils sont … ces Libanais! Ils n’en ratent pas une pour nous faire pleurer de tristesse! Gad Elmaleh, ayant peur pour sa vie, annule sa tournée au Liban. D’après ce site libanais ce serait à cause des appels au boycott venant de qui, ils ne le disent pas mais on le subodore… C’est comme vous vous doutez le Hezbollah, organisation terroriste mais qui jouit d’une impunité totale au Liban, qui a lancé cet appel. Et c’est 20 minutes qui nous l’apprend. Il faut dire qu’en tant que juif, il ne peut être qu’un « «soldat israélien» ayant milité directement et financièrement en faveur de l’armée israélienne ce qui est un «crime de haute trahison». »

En faisant une recherche rapide sur la blogosphère libanaise, on sent un peu qu’on nous prend pour des cons en parlant d’infiltration culturelle israëlienne. Il faudrait peut-être leur rappeler que les Israëliens comme les Libanais mangent des falafels…

Il paraitrait d’ailleurs que Dieudonné qui se pavanait du soutien des terroristes du Hezbollah se prépare à faire une annonce comme quoi il se considère comme un soldat anti-israëlien militant directement et financièrement en faveur de l’anéantissement de l’armée israélienne.

Le pire dans tout ça, c’est que ce sont les Libanais qui sont encore perdants. Gad Elmaleh jouit d’une forte notoriété au Liban et ni sa religion ni son pays d’origine n’avait empêché les libanais a remplir trois soirs de suite la salle de théâtre.