1

Quand WikiLeaks dévoile des câbles diplomatiques

cartographie_wikileaks_ambassade_americaine_cable

WikiLeaks et cinq journaux de renommée mondiale (The New York Times, The Guardian, Der Spiegel, El Pais et Le Monde) ont dévoilé ce dimanche soir des informations secrètes sur les câbles diplomatiques échangés entre les ambassades américaines et Washington. Les informations que nous donnent ces données sont intéressantes à plus d’un titre.

On y apprend d’après les câbles diplomatiques que l’Iran fait peur non seulement à Israël mais aussi à de nombreux Etats totalitaires arabes voisins de l’Iran. De l’Arabie Saoudite au Quatar en passant par la Jordanie et l’Egypte. La menace nucléaire iranienne est considérée comme un sujet extrêmement préoccupant par ses voisins. L’obtention de l’arme nucléaire amènerait à une nouvelle course à l’armement nucléaire chez les pays voisins.

Israël considère l’Iran comme un véritable danger car une bombe nucléaire pourrait l’anéantir. Ils appellent donc eux aussi les Etats-Unis à ouvrir un troisième front après l’Irak et l’Afghanistan. Et le plus incroyable dans tout ça, c’est que leur discours est moins virulent que ceux des pays arabes. Les pays arabes considèrent qu’on ne peut pas faire confiance au régime iranien qui est considéré comme une pieuvre dont il faut couper les tentacules.

El Pais s’est par ailleurs intéressé à la Turquie et son Premier Ministre conservateur Erdogan. Il semblerait que les Etats-Unis suivent de très près les relations turques avec les milieux islamistes. Ainsi Erdogan ne serait pas tenté d’imposer la Charia à la Turquie et l’ambassade américaine a suivi de près les accusations de corruption de l’entourage du Premier Ministre.

El Pais dévoile une carte où l’on peut voir de quelles ambassades les Etats-Unis ont reçu le plus de câbles que j’utilise d’ailleurs comme image de Une.

Le Guardian se préoccupe plus particulièrement des câbles qui vont faire du bruit :

– le Pakistan et de son programme d’arme nucléaire,

– Les suspicions de corruption du Vice-Présdent afghan qui voyageait aux Emirats Arabes Unis avec $52 millions en cash,

– les hackers chinois qui ont attaqué Google en janvier 2010 l’ont fait sur l’ordre d’un haut responsable du Politburo du PCC (Parti Communiste Chinois) qui avait googlé son nom et trouvé des articles le critiquant (tout ça à cause d’une histoire d’e-réputation)

– la proximité suspecte entre Vladimir Poutine et Silvio Berlusconi avec à la clé de suspicieux contrats dans le secteur de l’énergie,

– la proximité de Medvedev et Poutine avec la mafia russe pour des opérations spéciales de telle façon que la Russie est un Etat mafieux.

Les journalistes n’ont pas terminé d’éplucher les milliers de documents. Bientôt peut-être en saurons-nous plus… En tout cas, je vous conseille de lire dès aujourd’hui le journal papier Le Monde. Il semble que de nombreuses informations vont sortir notamment sur la France ! La conséquence de tout ça, c’est que la diplomatie américaine va en prendre un sacré coup. Les personnes auront plus de difficultés à se confier auprès des émissaires américains pour peu que l’information se retrouve un jour ou l’autre sur WikiLeaks.

0

Berlusconi veux fermer l’Unità

Communiqué de la Direction de l’Unità :

Les arguments contenus dans les deux citations (dans les photos: les couvertures des deux numéros du journal « incriminés ») sont formellement destinées à démontrer que l’Unità a lésé la réputation de Berlusconi, mais sur le fond ils se réfèrent à un délit non prévu par notre système juridique, celui de dit lèse majesté.

L’avocat du Président du Conseil conteste nos opinions politiques, nos analyses (partagées par ailleurs par les éditorialistes d’autres quotidiens nationaux et internationaux qui de toute façon se réfèrent à la libre manifestation des opinions publiques garanties par l’article 21 de la Constitution) sur les rapports entre la majorité et le Vatican. Ou bien sur des jugements concernant les comportements privés du Pdt du Conseil et sur leur compatibilité avec son rôle public.

Y figure également la notion de lésion à l’honorabilité du pdt du Conseil pour avoir rapporté des jugements exprimés publiquement par Veronica Lario (épouse de Berlusconi en instance de divorce ndt) sur son comportement et ses fréquentations de filles mineures. Et même l’opinion d’une écrivaine comme Silvia Ballestra est insérée dans la liste des affirmations à ne pas publier.

Un passage de l’acte juridique produit par l’avocat du pdt du Conseil résume bien le sens global de l’initiative. “On a écrit, en faisaient passer cela pour des véritsé, que « tout aurait été caché » et qu’on aurait manipulé l’information à travers les télévisions. Et que M Berlusconi disposerait non seulement d’un tel contrôle mai en aurait même abusé et continuerait à le faire en portant atteinte au service public Rai pour ses intérêts personnels (qui consisterait en une sorte de guerre contre la télévision Sky). Et cela comme tout ce qui a été divulgué par l’Unità est une pure invention ”.

En définitive, il est “diffamatoire” même de dire que Berlusconi contrôle l’information en Italie.

Est contesté le caractère prétendument “illicite” de deux numéro entiers du quotidien dans tout ce qui se rapporte au Pdt du Conseil, à travers le mélange d’articles et commentaires, devient ainsi “diffamatoire” une ligne politique et une vision du monde dans son ensemble.

Dans les deux actes d’accusation il est impossible de trouver quoi que ce soit concernant les affirmations contestées. Il n’est donc pas possible de démontrer que celle-ci sont fondées sur des déclarations publiques.(même des déclarations faites par des députés de la
république autrefois proches de Berlusconi comme Paolo Guzzanti) ou sur des déclarations déjà connues par les autorités judiciaires (comme celles de Patrizia D’Addario) et diffusées par toute la presse mondiale.

Cela clarifie les raisons des choix des avocats et la demande du payement de dommages exorbitant. Il est évident que Silvio Berlusconi, comme pendant le fascisme, veut fermer le quotidien fondé par Antonio Gramsci.

Nous ferons tout ce qui est possible pour l’empêcher. Nous lançons, à nos lecteurs et à tous les démocrates, un appel à la mobilisation pour la liberté de la presse.

L’Unità 02 septembre 2009 http://www.unita.it/

 

4

Daniel Cohn Bendit, allié de Berlusconi?

In Le Monde du 23 mai
Dans un article du 21 avril, le quotidien italien Corriere della Sera relate un dialogue entre Daniel Cohn-Bendit et les dirigeants des Verdi (Verts italiens) lors d’une réunion publique de soutien à la candidate du Nord-Ouest, tenue la veille à Rome.
Le député européen attaque : « Les Verdi continuent à regarder seulement du côté de la gauche. Mais ils doivent se rendre compte que, pour au moins quatre ans, elle ne sera pas au pouvoir. Et entre-temps? La transversalité est utile. Si on veut être influents, il faut regarder toute la société. » Grazia Francescato, la porte-parole des Verdi, tente de s’opposer : « Mais Daniel, tu sais quelle droite nous avons en Italie ? » M. Cohn-Bendit répond : « Et la gauche italienne alors ? » Puis continue : « Les Verdi ont un train de retard parce qu’ils ont peur d’être aspirés par Berlusconi. Il faut se risquer, se mélanger, on ne peut pas rester toujours seulement du même côté. »

Elle est belle l’écologie européenne! Prête à s’allier avec la pire engeance réactionnaire du continent pour avoir un poste, des places, des honneurs.