3

Martine Aubry dévoile sa vision de « la France connectée »

martine-aubry-numerique

Dans Rue 89 aujourd’hui, Martine Aubry écrit une tribune éloquente  sur le passage de la France du XXe siècle à la France du XXIe siècle : la France connectée. Elle insiste sur le moment que ce nous sommes en train de vivre est une révolution pas uniquement numérique mais avant tout industriel. Cette Révolution ne peut et ne doit pas être bloquée par la puissance publique.  Au contraire, la puissance publique doit accompagner la Révolution pour la mener à terme.

La révolution numérique

Dans ce texte, Martine Aubry met en avant les bouleversements positifs du numériques avec des innovations probantes dans « le climat, l’énergie, l’éducation, la santé » auquel on pourrait rajouter le commerce, l’information, les techniques de production… Ces industries doivent être l’objet d’une attention particulière afin de les aider à monter. Ce n’est peut-être pas un sujet souvent abordé sur ce blog. Mais l’accompagnement des jeunes entreprises innovantes est un pas essentiel dans l’accompagnement d’une politique industrielle.

Le droit à la connexion, nouveau droit pour la France

Martine Aubry met en avant en nouveau droit pour les Français :  le droit à la connexion. Ce simple enchaînement de mots est lourds de sens. La France n’est pas encore totalement numérisé, elle devra finir son accès à Internet. Le gouvernement de Lionel Jospin a impulsé cette numérisation de la France. Seulement 1% des foyers étaient connecté en 2006, 17% l’étaient en 2001.

Le droit à la connexion est un droit que la France défendra dans les dictatures pour leur permettre de s’informer et de se connecter. Ce sera la diplomatie numérique. Comparé à la politique américaine, Martine Aubry ne va -à mon avis- pas assez loin même si c’est déjà un premier pas. La France devra inciter les centres de recherche et les entreprises de développer les applications pour fiabiliser les réseaux dissidents comme Hillary Clinton l’avait annoncé il y a un an. En contrepartie, en France on ne peut créer une loi dont l’objet est de supprimer un droit. HADOPI sera abrogé remplacé par un système de licence global.

En conclusion, voici un texte qui change de ce qu’on a l’habitude d’entendre de la part des politiques et qui donne espoir à ceux qui sont en train de vivre cette révolution numérique qu’ils ne sont pas les laisser pour compte de la société.

5

Wall Mart appelle à voter contre Barack Obama

thinning-ranks-paul-krugman

 

Thomas me prévient sur le forum socialiste que Wall Mart appelle à voter contre Barack Obama car celui-ci serait trop enclin à autoriser le droit de syndicalisation aux Etats-Unis. En effet,

On peut lire dans un article du Wall Street Journal que « Wal-Mart Stores Inc est en train de mobiliser ses gérants de magasins et ses chefs de rayon dans tout le pays pour avertir que si les Démocrates prennent le pouvoir en Novembre, ils pourraient changer la loi fédérale de telle sorte qu’il soit plus facile pour les travailleurs d’implanter des syndicats dans les entreprises, y compris chez Wall Mart. »
« Dans les semaines qui viennent de s’écouler, des centaines de gérants de magasins Wall Mart et de chefs de rayons ont été convoqués à des réunions obligatoires durant lesquelles l’entreprise de grande distribution a insisté sur les réductions de personnel si les magasins devaient subir l’implantation de syndicats. »

Traduction : Wall Mart souhaite former son personnel encadrant à voter Républicains pour contrer le communiste Obama qui risque de faire entrer les syndicats dans le plus gros employeur américain.

Il faut dire que les conditions de travail chez Wall Mart sont difficilement acceptables dans un pays développé. Dans les pays en développement, une class action a été lancé contre l’entreprise.

Il faut dire que certains employés essaient déjà de se fédérer au sein de la Wall-Mart Workers Association pour se défendre contre le management inique de Wall Mart. Des blogs luttent contre cet état de fait.

Mais maintenant, je me demande comment certains peuvent imaginer qu’un type qui souhaite un syndicalisme fort, pourrait être de droite !

Autres articles sur la campagne :

0

Le racialisme d’Hillary Clinton

 

Suite au off mis on par The Scotsman d’une conseillère de Barack Obama et dont j’avais déjà parlé lors de la journée de la femme, c’est au tour d’une conseillère d’Hillary Clinton, Geraldine Ferraro, de déraper gravement : « If Obama was a white man, he would not be in this position. And if he was a woman (of any color) he would not be in this position. He happens to be very lucky to
be who he is. And the country is caught up with the concept. »

Traduction : « Si Obama était un homme blanc, il ne serait pas dans cette position. Et s’il était une femme (de n’importe quelle couleur) il ne serait pas dans cette position. Il est en fait très chanceux d’être ce qu’il est. Et le pays est rattrapé par ce concept ».
C’est donc bien du racialisme. Obama est où il est parce qu’il est noir et uniquement parce qu’il est noir.

Si l’on se rappelle les faits, Barack Obama n’avait pas tergiversé face à Samantha Power, la conseillère d’Obama et l’avait renvoyé. Hillary Clinton semble beaucoup plus réticente à renvoyer sa conseillère spécialisée dans la récolte de fond. Et se montre même menaçante envers Obama et son directeur de campagne David Axelrod : « David should not attack my comments about Obama’s race because he needs me to raise money for him if he wins the Democratic Party nomination. »

Traduction : « David (Axelrod) ne devrait pas attaquer mes commentaires à propos de la campagne d’Obama car il aura besoin de moi pour lever des fonds s’il gagne l’investiture démocrate ».

En clair, si l’équipe d’Obama s’attaque à Geraldine Ferraro, elle fera tout pour faire gagner les Républicains! On voit le niveau où sont tombés les membres de l’équipe de campagne d’Hillary Clinton et le sentiment prégnant chez eux. Obama est illégitime par sa couleur et de toute façon toute demande à de clarification sera considéré comme un cas de casus belli. Cette position de l’équipe Clinton me renforce dans l’idée de soutenir Barack Obama.

Autres articles sur la campagne :

2

Clinton devance Obama

 

Obama vient de gagner la Géorgie et l’Illinois. Ce serait selon les journalistes de rue89 normal étant donné que la Géorgie est noire et que l’Illinois est l’Etat d’origine de Barack Obama. Ce dont il faut aussi se souvenir, c’est que l’Illinois est aussi l’Etat d’Hillary Clinton.

Voici les résultats des Primaires Démocrates:

Etats gagnés par Obama (son programme): Colorado, Georgia, Illinois, Minessota, Montana.

Etats gagnés par Clinton (son programme): Californie, Massachussets, New Jersey, New York, Tennensee.

Mais comme nous ne connaissons pas encore quels sont les résultats définitifs, il est impossible de savoir si Clinton rafle la mise finalement. Hillary Clinton a gagné dans les gros états gros pourvoyeurs en délégués comme la Californie et New York. Mais à chaque fois qu’Obama gagne c’est largement supérieur à 60% sauf dans le Montana où les deux Démocrates ont étaient au coude à coude. Dans tous les Etats passés du côté Clinton, la victoire ne dépasse pas les 57% donc c’est bien plus serré.

Nous verrons bien dans la nuit américaine (la matinée française) quelle sera la répartition des délégués américains.

11

Des nouvelles de Julien Dray

 

Julien Dray se lance dans l’arène et se propose de diriger le Parti Socialiste. Son nom s’ajoute à la liste des candidats déclarés Ségolène Royal et Pierre Moscovici et des candidats potentiels Bertrand Delanoë, Vincent Peillon, Arnaud Montebourg, François Rebsamen et Benoït Hamon.
Julien Dray prone donc la rupture avec Ségolène Royal dont il avait décrié sa candidature à la tête du Part Socialiste. Julien Dray serait-il le candidat anti-Royal?

Par ailleurs, je viens de recevoir de mon « ami » Julien Dray -je ne l’ai jamais vu- un appel à soutenir Hillary Clinton sur Facebook. C’est d’ailleurs Julien Dray, ou plutôt ses collaborateurs qui ont créé le groupe Facebook Soutien à Hillary Clinton/ Support to Hillary Clinton. Le groupe a en ce moment 91 membres et on verra s’il grossirat dans les prochains jours. Voici donc Julien Dray se placer aux côtés des Delanoë, DSK, Cambadélis, Guigou etc… selon les informations de Marianne contre Barack Obama.

Je rappelle que je soutiens Barack Obama. Et que mon ticket idéal serait Obama avec comme colistier Edwards. J’espère pouvoir étayer mon propos dans les prochains jours.

13

Y a-t-il un PS Obama et un PS Clinton?

 

Le Marianne de cette semaine estime qu’il y a un Parti Socialiste qui roule pour Barack Obama et un Parti Socialiste qui roule pour Hillary Clinton.

Selon eux, Royal, Montebourg, Fabius Emmanuelli et Hamon se rangent derrière Barack Obama. De l’autre côté Dominique Strauss-Kahn, Jean-Christophe, Pierre Moscovici, Bertrand Delanoë et Elisabeth Guigou seraient plus derrière Hillary Clinton. Ce serait donc les caviardisés derrière Clinton et les rénovateurs derrière Obama.

C’est tout bonnement injustifié.

D’abord parce qu’en tant que social-démocrate et donc ancien soutien de DSK, je suis pour Barack Obama. Que de nombreux sociaux-démocrates sont aussi pour Obama dont les fondateurs de l’association Réformiste et Solidaire association proche de Jean-Christophe Cambadélis.

D’autre part, ce n’est pas parce que Delanoë dit qu’il serait heureux de voir Clinton gagner mais que Obama serait un nouvel espoir pour les Etats-Unis (chez Moati la semaine dernière) que l’on peut dire qu’il est pour l’un ou pour l’autre.

Marianne veut simplement faire une chasse aux sorcière entre les tenants du « progessisme » mis en exergue par Barack Obama et un « conservatisme » soulevé par Hillary Clinton. Le combat de Marianne contre les DSK, Cambadélis, Moscovici ou Delanoë est teinté du vieux relent populiste anti-élitiste qui encrasse ce journal qui a pourtant le mérite d’être d’un bon niveau lorsqu’il évite de verser dans cette charge anti-élitiste.

1

2008 un avant-goût de 2009

 

La vie française passe un cap. Une année de plus et pourtant tout semble être pareil. 2007 se termine, 2008 est là, 2009 se profile et pourtant les nouvelles sont les mêmes. Baisse du pouvoir d’achat, augmentation du coût de l’énergie, récession mondiale, peur de la Chine, un président omniprésent et omniscient.
Mais certaines choses seront différentes. Ainsi, 2008 sonne comme l’offensive du front religieux s’ingérant dans les affaires de l’Etat. L’archevêque de Tolède, Antonio Canizares, au nom de l’Eglise catholique dénonce le gouvernement socialiste espagnol comme faisant « vaciller les bases de la famille avec des lois iniques et injustes ». Et celui de Valence de rajouter que « la culture de la laïcité radicale est une tromperie qui ne conduit qu’à l’avortement et au divorce express » ce qui « mène à la dissolution de la démocratie ». Celui de Madrid estime que les mesures sociales du gouvernement représentent « un retour en arrière des droits de l’homme ». Rendez-vous compte! Un retour en arrière sur les Droits de l’Homme! Mais comment se fait-il que le chef de tous ces archevèques (Benoit XVI) n’aille pas porter plainte contre l’Etat espagnol pour atteinte aux Droits de l’Homme à la Cour Européenne des Droits de l’Homme? Ou bien savent-ils d’avance qu’ils seraient déboutés par la CEDH car le  mariage homosexuel, l’introduction de l’éducation civique dans les programmes scolaires, les lois facilitant les procédures de divorce ou permettant aux transsexuels de changer d’état civil sans se faire opérer sont autant d’avancées majeures pour les Droits de l’Homme? Ces insultes à la neutralité de l’Eglise vis-à-vis de la politique d’un Etat souverain doivent nous rappeler à l’ordre. Les élections législatives en Espagne sont une lutte sans merci entre les forces de progrès du socialiste José Luis Zapatero face au Parti Populaire de l’ancienne droite franquiste. Chez nous aussi l’oeuvre démoniaque visant à détruire la laïcité est en marche. Sarkozy s’en est allé se faire adouber chanoine par le Pape. Ne doutons pas un seul instant que ce voyage expresse de Nicolas Sarkozy avait certainement un autre but: obtenir l’annulation papale de son divorce avec Cécilia Sarkozy afin que le Panzer Pape puisse marier Nicolas Sarkozy et Carla Bruni dans les plus brefs délais.
Autre pays autres moeurs, aux Etats-Unis où les primaires font rage les candidats se préparent à affronter le premier Caucus américain dans l’Etat de l’Iowa. Un caucus est selon la définition du journaliste du Monde « une réunion dans laquelle les électeurs doivent se présenter tous au même moment pour voter et
non pas à l’heure qui leur convient dans la journée, comme dans le cas
des primaires. » Cet impératif rend les pronostics extrêmement
aléatoires étant donné que la mobilisation des électeurs dépend de circonstances aussi aléatoires que la météo ou les vacances scolaires. Entre Hillary Clinton, Barack Obama et John Edwards (dont je n’ai pas décortiqué le programme faute de temps), mon choix est fait. Ce sera Barack Obama car c’est le plus réaliste des trois et c’est celui qui prend en compte les pauvres. Ce qu’Hillary Clinton ne fait pas.
Enfin 2008 sera l’année de l’arrivée de Nicolas Sarkozy à la tête de l’Union Européenne à partir du 1er Juillet 2008. Nous verrons enfin ce que Sarkozy pense de l’Europe. Peut être enfin un Européen convaincu à la tête de l’Europe?

3

USA2008 – Primaires démocrates

 

Les primaires démocrates aux Etats-Unis viennent de débuter. Certains congressistes démocrates se sont déjà déclarés candidat. Petite revue de presse (avec l’aide du Nouvel Obs)

Hillary Clinton, 59 ans, sénatrice de New York (nord-est) et ancienne Première dame des Etats-Unis. Dispose déjà du plus gros trésor de campagne et d’une équipe de conseillers expérimentés. A lancé un comité exploratoire.

Barack Obama, 45 ans, sénateur de l’Illinois (nord). Charismatique, il est considéré comme le premier candidat noir à avoir des chances sérieuses de disputer la présidentielle. A formé un comité exploratoire.

John Edwards, 53 ans, ancien sénateur et ancien colistier de John Kerry en 2004. Officiellement candidat à l’investiture.

Christopher Dodd, 62 ans, sénateur du Connecticut (nord-est). Officiellement candidat à l’investiture.

Tom Vilsack, 56 ans, gouverneur sortant de l’Iowa (nord), le premier Etat à consulter ses électeurs lors du processus des primaires en janvier 2008. Officiellement candidat à l’investiture.

Dennis Kucinich (représentant de l’Ohio, nord), 60 ans. Déjà candidat en 2004. Officiellement candidat à l’investiture.

Joseph Biden, 64 ans, sénateur du Delaware (est), président de la commission des Affaires étrangères. A annoncé qu’il devrait lancer un comité exploratoire d’ici la fin du mois.

Bill Richardson, 59 ans, gouverneur hispanique du Nouveau-Mexique (sud-ouest). Ancien secrétaire à l’Energie de Bill Clinton. A lancé un comité exploratoire.

Ce sont des candidats ayant des chances disparates de gagner les primaires. Certains n’ont vraiment aucune chance et sont là certainement pour tester leur popularité avant de se lancer vraiment pour 2012. Clinton, Obama et Richardson sont certainement ceux que nous verrons au haut de l’affiche. John Edwards, ancien colistier de Kerry sera certainement le recours pacifiste des Démocrates. Celui-ci est soutenu par le multi-milliardaire Georges Soros. Un homme tel que Vilsack n’a aucune chance de glaner quoique ce soit. Il n’y a qu’à voir son site internet pour voir que son ambition se résume à devenir délégué du personnel.

La campagne est en tout cas lancé!!