2

31 socialistes n’ont plus confiance en Manuel Valls

logo-AN

logo-ANComme moi, ces socialistes n’ont plus confiance dans ce gouvernement socialiste seulement de nom. Et les anathèmes de Valls n’y changeront pas grand chose.  Donc 31 socialistes se sont abstenus de donner la confiance à Manuel Valls dont un ancien ministre. En effet, François Lamy s’est abstenu de donner un blanc seing à Manuel Valls juste après avoir refusé d’entrer au gouvernement. Comme quoi, certains socialistes sont plus intéressés par leurs idées que par l’idée de pouvoir.

Merci donc aux 31 députés qui se sont abstenus d’enterrer la gauche.

  • Pouria Amirshahi
  • Serge Bardy
  • Laurent Baumel
  • Marie-Françoise Bechtel
  • Jean-Pierre Blazy
  • Kheira Bouziane-Laroussi
  • Fanélie Carrey-Conte
  • Nathalie Chabanne
  • Dominique Chauvel
  • Pascal Cherki
  • Jean-Pierre Dufau
  • Anne-Lise Dufour-Tonini
  • Henri Emmanuelli
  • Hervé Féron
  • Jean-Marc Germain
  • Daniel Goldberg
  • Edith Gueugneau
  • Mathieu Hanotin
  • Christian Hutin
  • François Lamy
  • Jean-Luc Laurent
  • Christophe Léonard
  • Kléber Mesquida
  • Philippe Noguès
  • Christian Paul
  • Michel Pouzol
  • Denys Robiliard
  • Barbara Romagnan
  • Gérard Sebaoun
  • Suzanne Tallard
  • Michel Vergnier

Je tiens aussi à remercier les 17 Verts d’avoir tous porté l’abstention et la députée Attard qui a voté contre. Notons que le groupe communiste s’est aussi abstenu ou a voté contre. Le retour de la gauche plurielle.

Et que vive la gauche !

2

Voter la confiance à Valls et Hollande ? Et puis quoi encore ?

Kaa aie confiance

Kaa aie confianceQuand une politique économique consiste à augmenter les impôts et taxes des plus pauvres pour financer des subventions aux entreprises, on n’est pas dans une politique de gauche.

Que font les politiques pour lutter contre l’investissement invisible des entreprises ? Les dividendes records versés aux actionnaires ? Les attaques contre le droit du travail ?

Que font ces politiques pour inciter l’emploi ? Créer de la richesse ? Financer l’innovation ? Développer de nouveaux secteurs d’activité ? Rendre égaux les entreprises face à l’impôt ? Et les citoyens équitables face à l’impôt ?

Où sont les progrès sociaux menés par ce gouvernement ? Le nouveau 39H ? La CMU ? L’Impôt Sur la Fortune ? En quoi ce gouvernement change-t-il la vie ?

Si l’objectif primordial et indépassable de ce gouvernement est la réduction de la dette, pourquoi continuer de dilapider l’argent des Français dans des programmes fondamentalement inefficaces qui permettent à des mastodontes de réduire leur impôt afin d’augmenter leurs dividendes ?

Où est la redéfinition de la politique économique européenne annoncée par le candidat Hollande ?

Où sont les promesses du candidat Hollande devenu président ? Aux oubliettes ?

Ah ! Donc cher camarade, ma confiance en toi est au même endroit. Aux oubliettes.


Le Livre de la Jungle – Kaa Aie Confiance par Seskapil

2

Manuel Valls droit dans ses bottes

Manuel Valls Bercy 2012

Aujourd’hui dans le JDD, Manuel Valls annonce qu’il est hors de question de changer de cap.

« Oui, la politique que le président de la République a décidé de mettre en œuvre nécessite du temps pour produire des résultats. Mais il est hors de question d’en changer. Le pacte de responsabilité et ses 41 milliards de baisse de coût du travail vont véritablement entrer en œuvre maintenant »

Manuel est droit dans ses bottes comme un certain Alain Juppé.

IMGP0055

La suite ? C’est la dissolution de 1997.

Misère…

23

Et si la nouvelle carte de France des régions ressemblait à ça ?

Proposition de réforme territoriale des régions

Il parait que Valls veut réformer les régions pour faire des gains d’échelle et limiter l’administration. Comme je suis sympa, je vais aider Manuel et Marylise Lebranchu notre ministre de la Décentralisation, de la Réforme de l’Etat et de la Fonction publique. Manuel Valls veut diviser par deux le nombre de régions. Je m’en tiens donc à sa volonté en proposant 11 nouvelles régions. Dans ma proposition, certaines régions sont découpées en morceau, d’autres fusionnent et aucune ne garde sa taille originale. Le redécoupage des régions permet de rétablir certains équilibres. Ainsi, les régions du centre, peu dynamiques sont associés à des pôles plus dynamiques comme l’Auvergne qui est rattaché à Lyon. J’ai aussi nommé les régions suivant leur culture historique et géographiques. Ainsi, on retrouver une région Normandie, une Picardie et une Pyrénées. Je propose donc 11 régions et 11 capitales de région.

Grande-Bretagne

Pour présenter les régions, je vais donc faire un tour en commençant par la nouvelle Bretagne aka la Grande-Bretagne. Pied de nez au Royaume-Uni et à sa fausse Grande-Bretagne, la Grande-Bretagne française inclut la Bretagne bien sûr et le sud de la Loire-Atlantique(Loire-Atlantique Maine et Loire et Vendée). Pour la capitale bretonne, deux villes se battent : Rennes et Nantes. La rigueur veut que la plus grande ville s’impose pour devenir capitale de région, je proposerais donc Nantes et ses 270 000 habitants contre 200 000 pour Rennes. Si lever de bouclier, Marylise et Manuel, proposez de transférer la capitale à Rennes.

Normandie

La deuxième région est la Normandie. Pas de chichi pour cette région qui récupère le reste de Loire-Atlantique (Mayenne et Sarthe). Sa capitale de région devrait être le Havre. Parce que sinon ça emmerderait beaucoup Michael Youn.

Picardie

La troisième région est la fusion du Nord Pas-de Calais, d’une partie de la Picardie (Somme et Aisne) et d’une partie de Champagne Ardennes (Ardennes et Marne). Pour le nom, j’aurais pu proposé Picardie Ardennes Nord Pas de Calais  ou PANPC. Finalement, j’ai choisi la Picardie parce que dans le Nord, ils parlent le Picard et pas le Pas de Calaisis. La capitale de région ne peut être que Lille (et pas uniquement parce que c’est la ville de Martine Aubry).

Alsace-Lorraine

La quatrième région est l’Alsace-Lorraine parce que les Allemands ne l’auront pas. A cette région s’ajoute la Franche-Comté sauf le Jura qui est rattaché à la Bourgogne. Sa capitale est en toute logique Strasbourg.

Champagne-Bourgogne

La cinquième région est la Bourgogne à laquelle s’ajoute la Champagne. C’est donc la Champagne-Bourgogne (Aube, Haute-Marne, Bourgogne et Jura). Et croyez-moi cette région est le fleuron de l’alcool à flot ! Reims me semble adéquat pour prendre le leadership de cette région avinée.

Alpes-Méditerranée

La sixième région est l’Alpes-Méditerranée. C’est donc PACA , la corse et l’Alpes de Rhône-Alpes (Ain, Isère, Savoie, Haute Savoie) qui prennent part dans cette région tentaculaire. Plusieurs raisons à cela. Les Alpes ne doivent plus être coupé en deux, les Alpes tombent dans la Méditerranée, la Corse doit être intégrée à la Métropole. Résultat, cette belle région aura les capacités de lutter au niveau européen comme une place forte du tourisme. Sa capitale ne peut être Marseille qui n’est pas très Alpes ni Grenoble qui n’est pas très Méditerranée. Ce ne peut donc être que Nice qui a la particularité d’être au bout des Alpes et sur la Méditerranée.

Auvergne

La septième région est Le reste de Rhône-Alpes (Drome, Ardèche, Rhône, Loire), l’Auvergne et l’est du Languedoc-Roussillon (Lozère et Gard). On pourrait appeler cette région Rhône-Auvergne mais pour faire simple le seul nom d’Auvergne devrait suffire. La capitale serait bien entendu Lyon qui aura pour objectif de dynamiser cette région.

Pyrénées

La huitième région est Pyrénées parce qu’elle regroupe tous les départements ayant les Pyrénées des régions Languedoc-Roussillon (Héraut, Aude, Pyrénées-Orientales), Midi-Pyrénées (Ariège, Haute-Garonne, Tarn, Tar et Garonne, Gers, Hautes-Pyrénées) et Aquitaine(Pyrénées-Atlantique, Landes). Sa capitale ne peut être que Toulouse.

Aquitaine

La neuvième région est l’Aquitaine et comprend le nord de l’Aquitaine et de Midi-Pyrénées et le Limousin (Corrèze). La capitale de région est bien entendu Bordeaux.

Poitou-Charentes

La dixième région est une très grosse région puisqu’elle comprend le Poitou-Charentes, le nord du Limousin et le sud de la région Centre. Cette région s’appellerait Poitou-Charentes dont la capitale resterait Poitiers.

Ile-de-France

La onzième région est donc l’Ile-de-France avec le sud de a Picardie et le nord de la région Centre. Sa capitale reste donc Paris.

Voilà Manuel et Marylise. Je vous ai mâché le boulot. La carte de France des régions pourrait ressembler à ça désormais :

Proposition de réforme territoriale des régions

6

Devinons les noms des futurs secrétaires d’Etat du gouvernement Valls 1

gouvernement_Ayrault1

Avec 17 ministres de plein droit, Manuel Valls va nommer zéro, un ou plusieurs secrétaires d’Etat pour chaque ministre. Il y a les tutelles sûres que l’on peut nommer sans craindre quoique ce soit. Ainsi, il y aura un secrétaire d’Etat pour les relations avec le Parlement. C’est une quasi obligation. D’autres secrétariats pourraient surprendre. Un secrétariat à l’agro-alimentaire ? L’industrie sus-citée l’appelle de ses voeux. Les secrétaires d’Etat devront aussi être paritaires.

Manuel Valls, premier ministre

Secrétaire d’Etat chargé des relations avec le parlement : Michèle Sabban si Valls l’emporte sinon Alain Vidalies ou Victorin Lurel (qui a perdu l’Outre-Mer).

Alain Vidalies avait déjà ce poste sous Jean-Marc Ayrault. Il y a de fortes raisons qu’il en soit exclu. Il n’est pas sur la même longueur d’onde politique que Manuel Valls. A ce poste stratégique, Hollande et Valls risquent de s’écharper. Il faut un député ayant de la bouteille politique et qui soit assez proche politiquement du premier ministre.

Laurent FABIUS, ministre des Affaires étrangères et du Développement international

Secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur : Fleur Pellerin

Sa nomination semble actée. Elle aura ce poste sous la direction de Laurent Fabius.

Secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes : Harlem Désir ou Axelle Lemaire

Harlem Désir est un vieux routier de la politique européenne. L’avantage de le nommer est de ne pas avoir à voter pour lui lors des élections du 25 mai prochain et de changer la tête du Parti Socialiste qui en a grand besoin pour préparer les futures échéances législatives. Il pourra ainsi laisser la place à Pervenche Bérès pour la tête lors des Européennes. Elle pourrait elle-même figurer dans la liste des prétendants au poste. Et pour remplacer Harlem Desir, Vincent Peillon serait tout indiqué. Axelle Lemaire est une députée-Hollande. Elle est élue des français de l’étranger et est donc en plein dans les questions européennes.

Secrétaire d’Etat chargé  de la francophonie : Axelle Lemaire ou Corinne Narassiguin

Axelle Lemaire pourrait aussi se voir octroyer la francophonie. Corinne Narassiguin pourrait aussi être nommée à ce poste. Elle a l’avantage d’avoir battu Frédéric Lefebvre avant que le vote ne soit annulé. Elle pourrait revenir dans le jeu politique ainsi.

Ségolène ROYAL, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie

Secrétaire d’Etat chargé de l’énergie : Patricia Adam

Parce qu’en fait le bruit court qu’elle aurait quelque chose et que laisser Ségolène Royal sans secrétaire d’Etat alors qu’elle est numéro 3 du gouvernement, ça ne le fait carrément pas.

Secrétaire d’Etat chargé des transports : Olivier Faure

Il n’y a nul part mention des transports. Et il serait logique que les transports aillent chez Ségolène Royal. Donc comme Olivier Faure a un blog et qu’il a daigné mettre une rubrique « mon combat pour les transports », c’est qu’il s’y intéresse. En plus, c’est un proche du président. Nickel.

Benoit HAMON, ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : Geneviève Fioraso

Fioraso c’est madame stage. Et comme c’est un sujet qui me préoccupe. J’espère qu’elle restera pour terminer le boulot commencé en début d’année.

Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, ministre de la Justice

Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics

Arnaud MONTEBOURG, ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique

Dans le combat entre Sapin et Montebourg, Montebourg gagne en nombre de secrétaires d’Etat. Il en a deux quand Sapin n’en a aucun. C’est aussi parce que Sapin peut faire le boulot tout seul alors que laisser à Montebourg le numérique c’est un danger énorme.

Secrétaire d’Etat chargé du Numérique : Christian Paul

Pour ce poste, il n’y a que Christian Paul de qualifié. Donc ce sera lui. Avantage, il est proche du ministre et d’Aubry. Désavantage, il est proche de Montebourg et d’Aubry.

Secrétaire d’Etat chargé de l’intelligence économique : Karine Berger

Parce que ce pays doit se doter d’une intelligence économique, il faut lui dédier un secrétariat d’Etat. Ca fera plaisir à ces messieurs du CAC40. Karine Berger est une bébé Hollande donc elle pourra surveiller Montebourg. Gros avantage pour elle.

Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé

Secrétaire d’Etat chargé de la Santé : Serge Blisko Jean-Marie Le Guen ou Aquilino Morelle

Serge Blisko c’est mon ancien député. Donc j’espère qu’il sera nommé. Aujourd’hui il s’occupe de la Miviludes et c’est un ancien médecin qui connait bien la gestion des hôpitaux. Jean-Marie Le Guen, c’est un proche de Manuel Valls. Comme à chaque fois, ça peut le perdre. Notons qu’il est médecin aussi et connaît bien la gestion des hôpitaux. Aquilino Morelle est un proche d’Hollande et Montebourg. Il pourrait rafler la mise.

François REBSAMEN, ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social

Jean-Yves LE DRIAN, ministre de la Défense

Bernard CAZENEUVE, ministre de l’Intérieur

Najat VALLAUD-BELKACEM, ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Secrétaire d’Etat chargé de la famille : Dominique Bertinotti

La famille est oubliée dans ce gouvernement donc il lui faut une place. Pourquoi auprès de Najat Vallaud Belkacem qui a un ministère fourre-tout ?  Dominique Bertinotti avait la famille. Elle n’a pas démérité. Donc pourquoi ne pas la reprendre ?

Secrétaire d’Etat chargé des sports : Noël Le Graët

Il a l’avantage de connaître le sport, d’être un élu socialiste et d’être un soutien du président. Combo parfait.

Marylise LEBRANCHU, ministre de la Décentralisation, de la Réforme de l’Etat et de la Fonction publique

Aurélie FILIPPETTI, ministre de la Culture et de la Communication

Stéphane LE FOLL, ministre de l’Agriculture, de l’Agro-alimentaire et de la Forêt, porte-Parole du Gouvernement

Sylvia PINEL, ministre du Logement et de l’Egalité des territoires

George PAU-LANGEVIN, ministre des Outre-mer

Ca nous ferait donc 12 secrétaires d’Etat. Selon le panachage on pourrait arriver à 6 hommes et 6 femmes. Alors pensez-vous que ces secrétaires d’Etat feraient un bon équilibrage ? En voyez-vous d’autres ? J’ai un peu séché au niveau des partis alliés. On pourrait imaginer l’arrivée d’un communiste comme Pierre Laurent pour emmerder Mélenchon. A votre clavier pour continuer la discussion dans les commentaires.

9

A quoi pourrait ressembler le gouvernement de Manuel Valls ?

gouvernement_Ayrault1

Manuel Valls a donc l’obligation de faire un gouvernement resserré avec une équipe de combat. Doc on va tenter de voir Valls va jouer et qui va sauter et qui va être promu. On peut tabler sur 16 ministres en comptant Valls. On peut estimer que les ministres ayant eu des prises de bec avec Valls sauteront.

Donc on passe de ça :

le sens du peuple

A ça :

Premier Ministre

Manuel Valls

Ministre de l’économie

Arnaud Montebourg  car il faut compenser le social libéralisme du premier ministre.

Ministre des affaires étrangères

Laurent Fabius devrait conserver le poste car il a plutôt bien fait le boulot dans son ensemble.

Ministre de l’intérieur

Jean-Jacques Urvoas ou François Rebsamen. Je mets ma petite pierre sur Urvoas qui est valso-compatible contre Rebsamen qui est trop hollando-compatible.

Ministre du budget

Bernard Cazeneuve car on a déjà changé de ministre à cause de Cahuzac

Ministre de la réforme de l’Etat

Benoit Hamon car il faut des gages à la gauche

Ministre de la culture

Aurélie Filipetti reste même si elle n’a jamais brillé à son ministère mais comme c’est une fidèle de Valls elle restera

Ministre de la justice

Sandrine Mazetier car tous les élus parisiens sont virés et qu’il en faut tout de même au moins un. Et puis Mazetier est une députée combattante qui bosse. Et il ne faut pas un guignol à ce poste.

Ministre de la santé

François Chérèque car l’entrée de l’ex syndicaliste de la CFDT et ex-négociateur des 35H à l’hôpital rassurerait les syndicats et donnerait une connotation sociale-démocrate au gouvernement.

Ministre de l’écologie

Anne Lauvergeon, car si on vire les Verts, avec Valls on amende toute idée de développement durable.

Ministre de l’emploi

Karine Berger parce qu’il faut du sang neuf et que c’est une proche d’Hollande. Et comme elle a une certaine capacité à la modestie, elle sera parfaite pour annoncer les futures bonnes nouvelles.

Ministre de l’industrie

Fleur Pellerin, ce qui est normal. Son boss, Montebourg, est promu. Elle profite du vide occasionné.

Ministre de la Défense

Jean-Yves Le Drian parce qu’il a fait le job.

Ministre du logement

Marylise Lebranchu parce que c’est une bosseuse.

Ministre de l’agriculture

Ségolène Royal car elle pourra accroître les ventes de chabichou.

Ministre de l’éducation

Najat Vallaud Belkacem parce qu’elle a la capacité de réussir.

Comme vous le constatez, j’ai viré la plupart des ministres hollando-hollandistes qui étaient dans le gouvernement Ayrault. Au revoir Sapin et Le Foll. La fessée de Quimper m’a poussé à agir ainsi. Moscovici qui a été plutôt mauvais pour ne pas dire autre chose fait aussi les frais du remaniement. Vincent Peillon sort du gouvernement car il n’a pas été spécialement bon à l’Education Nationale et qu’il est difficile de le recaser autre part. Et oui, c’est ça aussi d’être trop spécialisé… Les ministères gadgets pour faire plaisir sont supprimés. Le droit des femmes ? Out ! Le redressement productif ? rebaptisé !

Alors ? Bonne pioche dans le loto ministériel ? Réponse demain ou plus tard !

6

Manuel Valls premier ministre, le boulevard pour Marine Le Pen ?

culbuto-hollande

J’ai écrit cette nuit un bilan de la déculottée des municipales avec de nombreuses villes perdues par la gauche.

Il était clair que François Hollande allait virer Jean-Marc Ayrault et je notais trois possibilités. Soit Hollande remplaçait Ayrault par un clone comme Le Drian, Sapin ou Cazeneuve, soit par une personnalité plus à gauche pour recentrer sur la gauche, soit par une personnalité plus à droite. Hollande a choisi la dernière solution. Je vous propose donc de relire ce que j’avais écrit sur cette possibilité et la funeste conséquence pour 2017.

« Continuons avec le premier cité. Hollande pense déjà à 2017 et en bon analyste des tendances électorales, il comprend que s’il souhaite gagner en 2017, il doit continuer sa centralisation. Il prend donc un politique considéré comme centriste. Il demande à Manuel Valls ou François Rebsamen (qui aurait pu rentrer dans la première catégorie) de former un gouvernement. Ils virent ces sales gauchistes d’écolos du gouvernement et proposent à Marielle de Sarnez et François Bayrou d’entrer au gouvernement. Ils virent tous les socialistes marqués trop à gauche comme Benoit Hamon (mais ils gardent ceux qui ne font pas de bruit). Ils rameutent des grandes gueules parce qu’il y a besoin de grandes gueules pour recentrer leur politique et réduire les voix du Front National. Dans un élan de réconciliation nationale avec Marseille, Jean-Noël Guerini ou Patrick Menucci devient ministre et ils virent Marie-Arlette Carlotti (qui est aussi marseillaise). Il appellent Bertrand Delanoë qui, lui, sait s’imposer pour prendre un gros ministère. Par contre, ils n’appellent pas Martine Aubry parce qu’elle  a beaucoup trop de leadership qu’eux tous. Et puis c’est leur point commun entre eux, ils ne l’apprécient pas. Bien entendu, aux Européennes ça ne passe pas. Par contre, le Modem permet de faire quelques gros coups aux sénatoriales et aux régionales. En 2017, Hollande part seul au premier tour. Il ne passe pas le premier tour de 1000 voix derrière Marine Le Pen. Et ouais c’est pas les propos sécuritaires qui jouent sur l’évolution du FN mais l’évolution économique. »

Ce soir c’est Marine Le Pen qui se frotte les mains.

29

Si 2011 est comme la fin de 2010, le Parti Socialiste perdra en 2012 !

Ségolène Royal et Dominique Strauss-Kahn s'envoient des boules puantes
Ségolène Royal et Dominique Strauss-Kahn s'envoient des boules puantes

Licence en Creatives Commons, auteur en cliquant sur l'image

Introduisons

Ségolène Royal parle à la place de Dominique Strauss-Kahn et le transforme en sous-fifre.

Les strauss-kahniens font un hold-up sur le terme Désir d’Avenir.

Manuel Valls, François Hollande, Ségolène Royal font des pieds et des mains pour que Dominique Strauss-Kahn ne puissent se présenter en faisant avancer les primaires.

Arnaud Montebourg essaie de s’approprier la communication web du Parti Socialiste en réutilisant la propre communication du Parti Socialiste. Le but avoué : faire inscrire les français sur les listes électorales. Le but inavoué : faire croire aux Français que Montebourg est l’instigateur de l’ensemble de la communication web du Parti Socialiste puisqu’il reprend ladite campagne. C’est juste dommage d’avoir l’air d’un mec totalement has been qui reprend un concept 11 mois après sa première diffusion. Un peu comme si Montebourg se faisait prendre en photo derrière un village avec son clocher.

Arnaud Montebourg considère que Dominique Strauss-Kahn veut appauvrir les Européens.

Et les autres me diraient vous ? Les Fabius, Collomb, Moscovici, Le Guen, Hamon, Emmanuelli, Aubry, Lamy, Cambadélis… ? Comme le dit si bien François Bayrou : ils se tiennent par les noyaux durs.

Continuons

Quelle sera la suite ? Les petites phrases vont-elles continuer ? Les Socialistes vont-ils encore plus se taper sur la gueule ? Vont-ils encore montrer un visage de « responsables » socialistes puérils ? Vont-ils continuer le pugilat ? Remémorez-vous ce commentaire d’un journaliste du Monde.fr : « J’ai l’impression d’entendre sans cesse le même récit sur le PS depuis 3 semaines. C’est pas sexy les guerres de tranchées. »

La suite c’est donc ça ? Une guerre de tranchée pendant les 11 prochains mois ? On va donc se taper dessus pendant tout ce temps ? Et que vont penser les Français ? Et ben que Sarkozy c’est tout de même mieux ! Voire même François Bayrou, Nicolas Hulot ou Eva Joly.

Primaires : machine à perdre ?

Pour l’instant, oui. Et j’en suis bien malheureux. Mais ce n’est pas étonnant. Je vous en parlais il y a un petit mois dans le dernier paragraphe : « Si en 2009, j’avais appelé à voter contre les primaires de la gauche, ce n’est pas pour rien. Je savais pertinemment que malgré tous les beaux discours d’Arnaud Montebourg, les socialistes seraient incapables de tenir leur parole d’une primaire sans coup bas. »

9

Pourquoi Martine Aubry limite sa parole publique

Martine Aubry à France Inter

C’est une question que beaucoup de personnes à gauche se posent. La réponse n’est bien entendu pas aisée. Pour y voir plus clair, je vais avancer plusieurs thèses, vous pourrez ainsi choisir la meilleure.

Martine Aubry est une incompétente qui ne sait pas réagir à l’actualité

S’il est vrai que Martine Aubry réagit peu à l’actualité comparé à d’autres personnalités politiques au rang desquelles on retrouve Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal ou François Hollande, c’est parce qu’ils sont compétents et qu’elle est incompétente. En tant que Première Secrétaire, elle se doit d’être la responsable de l’opposition et donc de réagir à tous les faits divers. Cette analyse ne tient pas vraiment la route car François Hollande a tenu cette position entre 1997 et 2007, on connait le résultat fatal pour sa part. Sa concubine est finalement désignée candidate et il n’aura même pas la possibilité de se présenter.

Martine Aubry joue la doublure de Dominique Strauss-Kahn au cas où…

Lorsque Martine Aubry, Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius ont décidé d’unir leur force pour une solution alternative au système Hollande, ils auraient conclu une alliance sur trois ans. Au Congrès, Martine Aubry serait la candidate des Rénovateurs pour prendre la tête du Parti Socialiste et l’un des trois serait le candidat pour l’élection présidentielle soutenu par les autres. De plus dans la motion signée par Aubry, Fabius et Cambadélis, le premier secrétaire annonce qu’il ne se présentera pas à la Présidentielle. Donc Aubry ne va pas se présenter en mentant sur ce qu’elle a dit qu’elle ferait. Avec un Laurent Fabius plutôt en retrait, Martine Aubry joue pour Dominique Strauss-Kahn. Si celui-ci n’y va finalement pas, elle pourrait jouer le rôle de doublure. Si Martine Aubry parle peu c’est qu’elle sait que DSK reviendra et qu’il est donc inutile d’être sur le devant de la scène. Voilà en résumé la théorie que portent certains Strauss-Kahniens.

Martine Aubry a une vraie stratégie pour 2012 et limiter sa parole publique en fait partie

Martine Aubry a compris qu’après 5 ans de sarkozysme, les Français voudront un changement de présidence. L’omniprésidence, ça va 5 mois mais 5 ans ça tape sur le système. Les Français refuseront de reprendre un président à l’italienne, parlant et moulinant de l’air et n’agissant que dans son intérêt et celui de sa famille. Ils préféreront un président bâtisseur et agissant qui parlera peut-être moins mais qui aura au moins le mérite de faire avancer les choses. Martine Aubry, en mettant le Parti Socialiste au travail après 11 ans d’immobilisme nuisible et de rivalités négatives qui ont miné le PS en son sein ainsi qu’auprès de la population française, a prouvé qu’elle était une meneuse d’hommes et qu’elle savait tirer le meilleur des talents qu’elle a sous la main. Autant dire que ça change d’un président qui a été incapable de tirer le meilleur de ses troupes. Il n’y a qu’à voir le simple fait d’avoir mis dans son gouvernement des incompétents comme Frédéric Lefebvre, Rachida Dati, Bernard Laporte ou  Roselyne Bachelot.

Martine Aubry ne fait pas ça par stratégie, elle est… comme elle est

Martine Aubry n’est pas une femme très expressive et n’aime pas passer à la télévision. Elle n’aime pas être sur le devant de la scène et surtout n’aime pas les journalistes dont elle se méfie. Elle évite donc comme la peste ces gens qui sont payés pour scruter chaque phrases, mots, syllabes, onomatopées sortants de sa bouche. Autant dire que son truc à elle c’est de travailler en paix, d’être auprès de ses concitoyens et administrés lillois les soirs de grands froids plutôt que de commenter la candidature aux primaires de Manuel Valls, Arnaud Montebourg ou Ségolène Royal.

Et vous ? Quel est selon vous la raison qui pousse Martine Aubry à limiter sa parole publique ?

18

Pourquoi Vincent Peillon et Ségolène Royal ont-ils deterré la hache de guerre?

 

Je sais que beaucoup diront que je suis de très loin peu et mal placé pour parler de cette affaire. Au contraire, mon statut de socialiste en dehors du courant de Ségolène Royal et Vincent Peillon me donne la possibilité d’être un analyste extérieur connaissant les histoires de ce courant sans en être acteur.

On a beaucoup parlé toute la semaine dernière de l’affaire opposant Vincent Peillon et Ségolène Royal. Vous trouverez d’ailleurs chez PMA une perle de Pearltrees retraçant l’histoire sur les blogs de cette affaire. Sinon, je peux vous conseiller lire l’article de Romain Pigenel revenant en 7 points sur la séquence que nous venons de vivre.

Légitimité à 'EAG : Royal vs Peillon

Cette affaire peut sembler bien obscure aux citoyens qui ne suivent la politique que de très loin. Mais il est important d’essayer de comprendre ce qui s’est passé. Et c’est ce que je vais tenter de faire ici. D’abord, résumons l’affaire. Ségolène Royal s’est invitée à un colloque -ils appellent ça université d’été même si on est en novembre- sur l’éducation organisé par le courant socialiste Espoir à Gauche. Cet événement a mis en colère l’organisateur de l’événement qui souhaitait une réflexion sur le fond sans les « présidentiables » des formations politiques invités (PCF, Verts, Modem et Socialistes). Qu’est-ce qu’Espoir à Gauche? C’est le courant qui découle de la motion portée par Gérard Collomb, premier signataire de la motion E dont les figures de proue sont Vincent Peillon et Ségolène Royal (et d’autres). Au Parti Socialiste, celui qui dirige le courant est en toute logique le premier signataire. La motion A est dirigée par Bertrand Delanoë, la motion C par Benoit Hamon, la motion D par Martine Aubry. Pour la motion E, Gérard Collomb n’ayant pas voulu diriger le courant c’était donc au deuxième de la liste de prendre en charge le courant soit Vincent Peillon. Vous vous doutez bien qu’un vote a eu lieu afin d’établir démocratiquement le leader à la tête de son courant. Ce sont généralement des votes d’adoubement sans opposition. Et donc un accord entre les leaders… Notez d’ailleurs que les courants sont plus ou moins bien structurés. Comme Vincent Peillon, Benoit Hamon a un courant structuré tandis que Bertrand Delanoë et Martine Aubry n’ont pas structuré leur courant.

Avant de revenir à l’histoire qui nous intéresse, je vous propose un retour sur le Congrès de Reims. Sur le flux d’information de 20 minutes en direct du Congrès de Reims, nous pouvons lire ceci :

« 17h36: Aubry rejette les conditions de Royal
Les trois raisons. « Pas de cohérence globale », « nous
voulons
garder un parti de militants », « le Modem ne porte pas un projet
de société
compatible avec le nôtre ». Elle rejette la proposition de
Royal de referendum
sur le Modem, jugeant que c’est « au bureau national
et au conseil national »
de trancher cela. Elle a rappelé qu’elle a
conclu un accord avec le Modem
à Lille sur la foi des trois conditions posées par François Hollande. »

L’alliance avec le Modem était donc l’un des grands clivages entre Socialistes. Aubry, Delanoë et Hamon étant contre, la motion de Collomb, Royal, Peillon était pour. Cette tendance de ce courant est primordial dans la compréhension de ce qui suit. Ayant perdu le congrès avec les complications que nous connaissons, le courant Espoir à Gauche a voulu continuer à mettre en place son idée en s’ouvrant à l’ensemble des « Progressistes » des Communistes au Modem.

Il y avait eu le premier rendez-vous d’Espoir à Gauche quelques jours avant l’Université d’été de la Rochelle à Marseille. Et il y avait eu cette prise de vue reprise sur toutes les chaînes françaises de Vincent Peillon marchant entouré de Marielle de Sarnez (Modem), Robert Hue (PCF), Daniel Cohn Bendit (Europe Ecologie) et Christiane Taubira (PRG). De quoi avaient-ils discuté? De la stratégie d’alliance. Ségolène Royal, invitée, avait refusé d’y aller pour des raisons qui lui sont propres.

Puis il y a eu le second sur l’Education à Dijon qui continue de faire tant de bruit sur tout sauf l’Education. Le fond fut dissout dans les méandres de la polémique. Ségolène Royal est venue sans être invitée et Vincent Peillon en charge de l’organisation s’est fâché tout rouge. Pourquoi? Parce que l’équilibre précaire de ses rencontres doivent aussi au fait de ne pas transformer ces rencontres en meeting pour tel ou tel candidat à la présidentielle de 2012. Bref, travailler en paix loin des tensions que peuvent entraîner les égos des candidats à la candidature suprême que ce soient Manuel Valls, François Bayrou ou Ségolène Royal. Certains hurleront au fait que Manuel Valls, candidat, était invité à s’exprimer sur l’Education à Dijon. Certes, mais Manuel Valls n’est pas venu à Dijon. Vincent Peillon l’a décommandé. Ainsi tandis que Vincent Peillon travaille à la victoire de la gauche ou du moins à une refondation des alliances telle qu’il la conçoit (il n’est pas lieu ici de polémiquer sur la pertinence de cette alliance) loin des présidentiables déclarés, Ségolène Royal candidate vient faire son show, renverser la table, hurler à la trahison et foutre en l’air le travail de Vincent Peillon. Voilà de quoi mettre en rogne le plus rationnel des philosophes socialistes. Et c’est ainsi que Peillon a piqué sa colère qui rentrera dans les annales. Avait-il raison? Avait-il tort? Si quelqu’un avait détruit un travail que j’avais mis un an à construire, je me serais mis en rogne. Qui ne l’aurait pas été? Vincent Peillon avait raison de se mettre en colère contre Ségolène Royal. Jusqu’à dire que son comportement relève de la psychologie lourde?

Il faut revenir en arrière pour comprendre cette phrase. Ségolène Royal, mécontente de voir Peillon lui refuser l’accès à la tribune, demande comme mesure de rétorsion la démission de Vincent Peillon à la tête du courant l’Espoir à Gauche et son remplacement par une troïka composée de Jean-Louis Bianco, Gaëtan Gorce et Najat Vallaud-Belkacem. Or, Ségolène Royal n’a aucun pouvoir sur la direction du courant ne faisant pas parti de l’animation du courant à la tête duquel nous retrouvons Vincent Peillon. Et ce ne sont qu’eux qui peuvent décider de changer de tête ou pas. Alors son comportement relève-t-il de la psychologie lourde? Certainement que le terme utilisé est excessif. Mais que devons nous penser d’une personne qui décide d’un changement de la tête d’un comité de direction sans en faire partie? Ça en dit long sur la psychologie de la personne. Non? Et ça en dit aussi long sur la façon dont elle considère les autres : des clowns.

Après avoir écrit cet article, j’ai mon idée à la question première. Vincent Peillon n’a fait que se défendre devant une Ségolène Royal qui a mis son égo avant l’intérêt général de son courant soit démontrer la possibilité d’allier les communistes au modem en passant par les écologistes et les socialistes. Je vous conseille de lire l’édito de Vincent Peillon et François Rebsamen que les militants d’Espoir à Gauche auront reçu aujourd’hui. L’ayant lu après avoir rédigé cet article, je le trouve assez proche des réflexions que je viens de faire.

N.B. : Vincent Peillon a démenti avoir déclaré que le comportement de Ségolène Royal relevait de la psychologie lourde sur France Inter. De plus, j’ai retravaillé certaines phrases qui étaient -comment dire- peu compréhensibles. Bonne lecture.