24

Faut-il établir certaines vérités pour parler d’Israël et de la Palestine ?

Maison israélienne à Yehud détruite par une roquette tirée depuis Gaza

Avant-propos : avant de parler de ce sujet autant mettre les points là où ils sont nécessaires. Je suis sioniste. Ce qui veut direr que je souhaite voir l’Etat d’Israël continuer d’exister. Je ne suis pas sioniste comme certains nationalistes israéliens qui veulent un Etat hébreux sans Etat palestinien. Pour moi, l’antisioniste milite pour la destruction d’Israël puisque la vocation première du sionisme est la création de cet Etat. Une personne se déclarant antisioniste et ne souhaitant pas l’éradication d’Israël se trompe de mot. Les antisionistes, les vrais, sont donc mes opposants idéologiques. Si j’étais israélien (ce qui ne risque pas d’arriver), je voterais pour le Parti Travailliste Israélien ou Meretz qui sont deux partis politiques sionistes de gauche.

Maison israélienne à Yehud détruite par une roquette tirée depuis Gaza

Génocide

Maintenant que c’est dit, parlons de ce qui se passe en ce moment en Israël et donc en Palestine. Tout d’abord éclairons l’état actuel des choses. La Palestine est aujourd’hui séparée entre la Cisjordanie dirigée par le Fatah, le parti fondé par Yasser Arafat et ce qu’on appelle la bande de Gaza dirigé par le Hamas. Il n’y a aujourd’hui aucune activité guerrière entre la Cisjordanie et Israël (excepté les brimades insupportables que les Palestiniens subissent et la colonisation rampante). La guerre est entre la bande de Gaza et Israël. On ne peut donc pas parler de génocide comme on peut le lire sous différents réseaux sociaux.


Bon je vais m’arrêter là et vous donner la définition d’un génocide pour vous démontrer que ce n’en est pas un. Un génocide est un acte « commis dans l’intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux » selon l’ONU. Est-ce que le meurtre de moins de 1000 personnes dans l’une des régions les plus densément peuplées au monde est un génocide ? La réponse est clairement non. Et ce pour plusieurs raisons, Israël appelle les habitants à quitter les lieux avant de bombarder pour ne pas faire de victimes inutiles. S’ils souhaitaient éradiquer les habitants de Gaza, ils utiliseraient des armes plus massives comme du napalm. Ils ne cherchent pas à tuer les habitants de Gaza mais à détruire les infrastructures de tir. Pourquoi souhaitent-ils détruire ces infrastructures ? Tout simplement parce que depuis plusieurs semaines, Israël essuie quotidiennement des tirs de roquette sans répondre. Sans leur système de sécurité appelé dôme de fer (N.D.A. : le lien mène vers un site de propagande de l’armée israélienne), il y aurait eu plus de dégâts. Le lancement de missiles a continué du côté de Gaza et Israël a répondu.

Proportionnalité de la réponse

Personne ne doute qu’Israël est dans son droit de répondre lorsqu’il se fait attaquer. La question est celle de la proportionnalité. Soyons clairs. L’objectif d’Israël dans cette guerre est l’arrêt des bombardements adverses. Il y a pour ça plusieurs façons d’y arriver :

  • le cessez-le-feu

Le cessez-le-feu implique qu’il y a déjà eu des bombardements ou que celui qui bombarde décide unilatéralement d’arrêter. L’Egypte a proposé plusieurs fois des cessez-le-feu qu’Israël a accepté et mis en place et que le Hamas a refusé. Qui est donc fautif dans ce cas-là ?

  • L’invasion armée

L’invasion armée permet d’entrer sur le terrain et de combattre de visu son opposant puis d’atteindre sa cible soit les lance-roquettes avant qu’elles ne soient déplacées. Le risque est d’augmenter le nombre de vies humaines perdu. On a ainsi pu voir que les morts ont largement augmenté lorsque l’armée israélienne entre dans Gaza. Et puis quand l’armée entre dans Gaza, elle ne fait pas dans la dentelle. Toute personne s’opposant à elle est considérée comme un ennemi et donc est abattue. C’est ce qui s’est passé lors de précédents épisodes. Et dans ce cas, les antisionistes crieront au « crime de guerre ».

  • Le bombardement des cibles

Le bombardement a l’avantage de choisir sa cible, la viser et l’atteindre sans qu’aucun soldat israélien  ne soit dans un combat physique. Le risque étant que les Palestiniens refusent de quitter leur appartement après qu’Israël prévienne de l’imminence d’un bombardement et meurt dans son explosion. Plusieurs centaines en ont subi les conséquences. Mais sachant qu’il y aura bombardement, être sur place n’est-ce pas un peu suicidaire ?

Nombre de morts israéliens vs nombre de morts palestiniens

Attention. Ce que j’écris est cynique mais je le pense profondément. Lorsque les Palestiniens négocient pour échanger un israélien, ils ne demandent pas de l’échanger contre un autre palestinien, ils en demandent 1000 fois plus. Lorsque le soldat franco-israélien Gilad Shalit a été relâché, Israël a libéré 1027 prisonniers. La liberté d’un Israélien vaut celle de 1000 Palestiniens. Y a-t-il alors proportionnalité de morts et blessés entre les deux belligérants ? La réponse est toujours non. Vu le nombre de morts Israéliens, il faudrait tuer plus de 20 000 Palestiniens. Un chiffre énorme.

La supercherie des morts civils

Dans les journaux, sites Internet, radios, télévisions, les journalistes distingueront les morts civiles et non-civiles palestiniennes. Je les trouve très forts. Gaza étant abandonné par le gouvernement palestinien, ses fonctionnaires n’étant pas payés,  il n’y a aucune armée à Gaza. Les personnes qui se battent sont des civils. On ne peut donc pas distinguer qui est un mort subi par la population et celle subie par le Hamas. Il n’y a d’ailleurs rien qui interdit à une femme ou à un enfant à participer aux actes terroristes à du Hamas. Ce qui ne veut bien entendu pas dire qu’Israël a tué des personnes qui n’auraient pas du l’être.

Comment ça va se finir ?

Il y aura un cessez-le-feu mais pas de paix. Faut pas déconner mon gars ! Et ça passera par plusieurs scénarii :

  • Le Hamas sera un jour ou l’autre à court de munition et ils cesseront le feu par faute de moyen. Israël arrêtera de répliquer lorsque les tirs cesseront. Plusieurs centaines d’autres palestiniens mourront.
  • Israël réussit à détruire l’arsenal suite à une incursion meurtrière dans la Bande de Gaza et démantèle le Hamas.
  • La Ligue Arabe s’engage auprès d’Israël pour mettre fin définitivement aux agissements du Hamas.
  • Les Etats-Unis décident de couper les ponts avec Israël s’ils n’arrêtent pas de se protéger, Israël coupe les ponts.
  • L’Egypte entre en guerre contre le Hamas parce qu’ils organisent leur trafic depuis le désert du Sinaï (situé en Egypte)
  • Le Hezbollah ouvre un second front. Israël est de plus en plus décrié en Occident mais tient bon.

Sur le plan intérieur, Benyamin Netanyahou sort plébiscité à 80% de la population israélienne qui, même s’ils savent qu’il n’a aucune envie de faire la paix, aura tenu bon. Aux prochaines élections en 2017, il est réélu et c’est reparti pour la paix qui s’éloigne.

1

Le Hamas salue la libération de 26 prisonniers palestiniens en tirant des roquettes sur Israël

Un prisonnier palestinien libéré par Israël est accueilli par le président Mahmoud Abbas du Fatah

En plein de coeur de l’été, un énième épisode du processus de paix entre Israël et la Palestine -qui dure depuis 65 ans- s’est déroulé hier. Israël a décidé, après négociations avec les dirigeants palestiniens, de libérer 26 prisonniers (sur les 104 prévus dans les prochains mois) mardi afin de pouvoir reprendre des négociations de paix en signe de « bonne foi »*.

Un prisonnier palestinien libéré par Israël est accueilli par le président palestinien Mahmoud Abbas

Négociation Israël-Palestine : échec annoncé

Bien entendu, ces négociations sont vouées à l’échec. Comme le dit Tzipi Livni, ministre de la Justice chargée des négociations avec la Palestine « Il y a beaucoup de cynisme, de scepticisme, de pessimisme, mais il y a aussi de l’espoir »Israéliens et Palestiniens ne sont toujours pas d’accord sur de nombreux points de négociation qui ont fait achoppé les tentatives ces 65 dernières années : statut de Jérusalem, les colonies, le tracé des frontières, l’unité de la Palestine, la reconnaissance de l’Etat israélien… Et j’en oublie certainement… Autant de points qui ne seront réglés ni en 2013 ni en 2014. Et certainement pas avec ces leaders.

Ménage à trois entre Israël, Fatah et Hamas

D’un côté Nethanyou appuie son gouvernement sur son extrême-droite nationaliste qui est différente de l’extrême-droite française mais tout de même. De l’autre, la Palestine est coupée en deux avec deux gouvernements. D’abord, ceux qui ont gagné les élections, le Hamas et ceux qui l’ont perdu le Fatah. Puis les deux partis se sont fait la guerre en 2006 juste après l’élection du Hamas ce qui a amené la partition de la Palestine en deux entités. D’un côté le Fatah dirige la Cisjordanie et le Hamas la bande Gaza. Le Hamas ayant dans ses statuts l’éradication d’Israël, le gouvernement israélien ne peut pas vraiment négocier avec eux. Ne reste donc que le Fatah et la Cisjordanie.

Hamas la diplomatie des roquettes

Après cette digression, je vais donc revenir au sujet du jour. Israël libère donc 26 prisonniers, surtout des assassins. Ces prisonniers doivent être acheminés vers la Cisjordanie et Gaza. Si tout se passe bien en Cisjordanie, ce n’est pas le cas à Gaza. Les journalistes étaient présents pour filmer le geste israélien. Mais le Hamas, ne supportant certainement pas qu’on fasse bonne presse aux Israéliens, a décidé de détruire l’abri servant aux journalistes pour suivre l’événement et en leur imposant un silence absolu sinon… Sinon, le Hamas tire des roquettes sur Israël. C’est ainsi que cette nuit, le Hamas a tiré des roquettes sur la ville de Sdérot proche de la bande de Gaza.

Le groupe jihadiste Ansar Bayt al-Maqdis, un groupe basé dans le désert du Sinaï (en Egypte) et proche d’Al Qaeda, a choisi cette nuit pour tirer des roquettes sur la ville balnéaire d’Eilat où de nombreux touristes séjournent alors que c’est la haute saison touristique…

Déjà que la paix n’est pas prête d’arriver de sitôt, si en plus ils tirent des roquettes dès qu’Israël libère des assassins palestiniens pour montrer sa bonne foi, on n’est vraiment pas sorti du bourbier. Amen ?

ADDENDUM : Tandis que je vous raconte ce qui s’est passé cette nuit entre Israël et la Palestine, voici comment l’AFP (office de presse censée être objective) parle de l’information : « Israël: libération de détenus palestiniens mais raid sur Gaza« . Ainsi donc Israël a répondu aux tirs de roquette et la faute est mise sur les Israéliens, les méchants. L’AFP nous rappelle donc qu’ils ont osé répondre à des tirs visant la population ! Ce sont donc des méchants qui ne veulent pas la paix malgré le fait d’avoir libéré 26 assassins ! Vive l’objectivité du journalisme. Qu’est-ce que je disais plus haut ? Ha oui. Amen.

*Faut pas pousser la bonne foi trop loin, Jerusalem a annoncé la construction de nouveaux bâtiments dans les colonies.