0

Paris fait la guerre aux Parisiens qui n’utilisent pas leur voiture

Voiture se faisant enlever par une remorque de la fourrière

Paris a décidé de mener la lutte contre les résidents parisiens. Ce 1er janvier 2015 la maire de Paris a décidé sous l’impulsion du maire adjoint écologiste Christophe Najdovki de rendre la vie aux résidents parisiens insupportable.

En effet, depuis le 1er janvier, la mairie a décidé que le prix du stationnement résidentiel augmentera pour la journée de 230,77% tandis qu’il augmentera pour une semaine de stationnement de 277%. Imaginez ces chiffres pour n’importe quel autre achat. Puisque nous sommes dans les transports, imaginez que votre Pass Navigo passe du jour au lendemain de 70€ à 194€. C’est une évolution bien trop lourde pour n’importe qui. Et le paradigme qui s’était installé depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir à la mairie risque de changer. Il était avant moins coûteux de rouler en voiture plutôt que de prendre les transports en commun. Mais avec cette hausse importante du coût du stationnement, il ne serait pas étonnant que beaucoup de Parisiens préfèrent reprendre leur voiture pour aller travailler en banlieue où leur entreprise leur offrira un parking pour leur véhicule. Remettre les voitures sur la chaussée, quelle merveilleuse idée !

Cette annonce s’accompagne en plus d’une autre position anti-écologiste assumée. Ainsi, le stationnement gratuit en août est supprimé. Il n’est donc plus possible de laisser sa voiture garée pendant le mois de vacances des Français. Quelle sera la conséquence de ça ? Tout simplement, les Français prendront leur voiture pour partir en vacances de peur de la voir se retrouver à la fourrière car il est aujourd’hui impossible de payer pour un long séjour sur la voirie. Donc entre choisir de voir sa bagnole se faire kidnapper par la police ou se résigner à passer ses vacances en bagnole, le choix n’est pas compliqué. Et ce ne sont pas les prix prohibitifs des parkings parisiens -200€ pour un mois de parking- qui vont changer ce calcul logique. A n’en pas douter, les élus écologistes de la mairie de Paris souhaitent que les Parisiens partent en voiture pendant leur vacances.

Et qu’on ne vienne pas me parler du changement du mode de vie des Parisiens pour justifier ce choix contre-productif de la mairie parisienne. Car avant de supprimer la gratuité du mois d’août à Paris, il serait plus judicieux de rajouter des métros pendant les heures de pointe. Parce qu’à ces heures là, un métro  toutes les 6 minutes et un bus toutes les 10 minutes en juillet et en août, ce n’est pas ce que j’appelle répondre à la demande du changement du mode de vie des Parisiens. Et si Paris ne se vide plus de ces habitants, il serait judicieux de supprimer Paris Plage. Sinon, je ne vous raconte pas les embouteillages monstres que ça créerait dans Paris ni la pollution que ça engendrerait.

Voiture se faisant enlever par une remorque de la fourrière

Voiture se faisant enlever par une remorque de la fourrière

Ces nouvelles s’ajoutent au harcèlement que la préfecture de Paris effectue contre les voitures. Ainsi, la police et le service de fourrière de Paris ont désormais une tactique bien rodée pour enlever des voitures. Ils sillonnent Paris main dans la main. La voiture de la fourrière bloque la rue en haut et les policiers mettent un procès verbal et font un signe à l’employé de la fourrière municipale. Celui-ci, dans la minute, arrive et enlève l’encombrant véhicule pour l’embarquer. Pas bête, les voitures de fourrière sont souvent plusieurs pour faire une rue. Il m’est aussi déjà arrivé de voir un véhicule de fourrière faire le tour d’un pâté de maison et appeler ses amis de la police pour signaler une voiture mal garée afin qu’il reçoive un PV et qu’il puisse l’enlever. Cet harcèlement est malsain pour les fonctionnaires de police qui sont désormais détestés par les résidents. Et cet harcèlement rend les résidents encore plus réticents à se laisser taper dessus.

Il existe pourtant des actions simples contre l’utilisation des voitures à Paris.

Ce ne sont pas les voitures qui ne roulent pas qu’il faut taxer mais celles qui roulent. Il faut donc mettre en place une taxe au roulant. Sur le même principe de la taxe Tobin, tout flux par jour d’une voiture dans Paris serait taxé à hauteur de 1 à 5 centimes d’Euro selon la pollution du véhicule.

Il faut ainsi faciliter le parking dans Paris au lieu d’en faire un acte de terreur. Les parkings souterrains devraient être beaucoup moins chers. 200€ pour un mois de parking c’est bien trop cher. Le prix commencerait à être acceptable s’il était au minimum 4 fois moins cher. 50€ serait en effet un tarif bien plus acceptable si la mairie souhaitait vraiment voir moins de voitures rouler.

La mairie de Paris doit aussi lutter contre le diesel pour éviter la pollution. Il y a plusieurs aspects complémentaires à prendre en compte pour y arriver qui tourne autour de l’incitation et de la coercition.

D’abord, il faut permettre aux possesseurs de voiture diesel de passer à une voiture moins polluante en permettant l’achat d’une voiture non diesel avec une augmentation de la prime pour des véhicules encore plus propres et moins bouffeur de carburant comme l’électrique ou l’hybride. Mais attention, la prime doit être vraiment incitative ! Car ce n’est pas avec 1000€ ou 5000€ de prime qu’on peut acheter une voiture moins polluante. Donc il faudra que la mairie de Paris fasse un véritable effort. Aujourd’hui, une voiture hybride coûte au minimum 17000€. Et si c’est une question politique alors la mairie doit être très généreuse pour subventionner le passage du Diesel à l’hybride.

Ensuite, il faut interdire la vente de diesel -le carburant et les voitures- dans Paris. Les concessionnaires de voitures ne répondant pas à ces dispositions pourraient être interdits d’exercer de même que les stations essence. Sans source d’achat, le diesel deviendrait marginal à Paris.

Enfin, la mairie devrait subventionner l’achat de l’essence car si le gazole est à 1€/L on trouve l’essence à 1.30€/L dans Paris. Cette différence de 30% pèse lourd pour le porte-monnaie du conducteur et il est tout à fait compréhensible que les utilisateurs de voiture soient réticents à passer à un autre moyen de locomotion que la voiture diesel.

Aujourd’hui, je ne comprends pas du tout l’action de la mairie en matière de voirie et je pense que les élus se trompent lourdement dans leur politique municipale sur cette question.

6

Cuvée spéciale d’articles pour cette fin d’année

Image d'un frigo vide

Intox2007 part dans un trip que lui seul connait dans Madame Michu, DSK et les primaires.

Quant à Martin P., il lit les augures dans les entrailles de Christophe Borgel.

Pek nous parle du néolepénisme et Gilles Bon-Maury des allophobes.

Eric Mainville nous parle des nouveaux bobos : les hipsters.

SarkoFrance nous raconte comment le gouvernement essaie de nous faire croire que le chômage baisse.

Partageons mon avis veut supprimer les voitures à Paris.

Variae veut imposer la philosophie aux ados de seconde.

Et chez moi ? Je vous conseille de lire et relire cet article de mise en garde : si 2011 se passe comme la fin de 2010, alors 2012 est foutue.

0

Merci Monsieur le Préfet

Merci Monsieur le Préfet de faire respecter le droit et l’ordre dans Paris.

Merci Monsieur le Préfet de tout faire pour que les Français vivent mieux dans un endroit sain et non pollué.

Merci Monsieur le Préfet de faire respecter les Journées Européennes.

Merci Monsieur le Préfet de Paris d’être vendu aux pollueurs.


Le 22 septembre 2006, l’Europe entière célébrait la journée « sans ma voiture ». En faisant procéder à l’arrestation d’une soixantaine de cyclistes pendant plus de quatre heures, le Préfet de police de Paris en a fait une véritable journée « sans mon vélo ».

Les sympathisants et les sympathisantes de Vélorution et de Vélo 15et7 s’étaient donnés rendez-vous à 18h30 place de l’Etoile à Paris pour dénoncer l’absence de politiques concrètes en faveur des modes de circulation non polluants. Ils et elles entendaient également marquer ainsi leur présence quotidienne dans la ville et dénoncer le mépris avec lequel les autorités françaises les traitent.

Arguant de « l’entrave à la circulation » que représenterait la réunion de 200 cyclistes dans l’espace urbain, la Préfecture de police de Paris à fait procéder à une interpellation massive de militants et de militantes pacifiques, et à un enlèvement autoritaire de leur vélo.

Alors que les associations de cyclistes, de roller, d’usagers des transports en commun et de personnes à mobilité réduite attendent depuis de longs mois un rendez-vous avec ses services, le Préfet marque une nouvelle fois, par la répression de cette manifestation festive, son indifférence pour la lutte contre la pollution et sa soumission à l’idéologie automobiliste.

Contact presse :
presse@velorution.org
Pour avoir
le récit minute par minute de la soirée


I feel free to live in Paris

I feel free to live in Paris

I feel free to live in Paris

Like a lion in a cage!